En 2018, j’applique les quatre accords toltèques

bonnes résolutions 4 accords toltèques
Temps de lecture : 4 minutes

Mes petites tortues, je vous souhaite une très belle année 2018 🎉 qui – quand on y pense – rime avec truite, fuites ou Jésuites. En clair, une année qui s’annonce bien ! Après moult déboires avec la migration de mon site chez un autre hébergeur, me voici de retour avec un blog sans bugs, et ce brand new article pour inaugurer 2018.

J’espère que ce 1er janvier vous a trouvés en forme, débordants d’énergie, d’envies et de projets, pleins d’amour et de champagne. Et pas débordants tout court, car la cuvette se souvient encore de vos excès de 2017 et il n’en faut pas beaucoup plus pour faire une réputation.

Bref, il est de saison de parler bonnes résolutions – et vous savez combien j’aime respecter les saisons.

Quelles bonnes résolutions en 2018 ?

Je vous épargne la vraie liste de mes engagements, du style “je me calme sur le chocolat” – “mais c’est du chocolat noir” – “… ouais t’as raison balek”.

Je vais plutôt vous parler d’une lecture qui m’a marquée il y a quelques années, et à laquelle je repense beaucoup depuis quelques temps : Les quatre accords toltèques de Don Miguel Ruiz. Garder ce livre en tête est une sorte de bonne résolution permanente. Et comme toutes bonnes résolutions, on les tient plus ou moins bien… Reste qu’essayer de respecter les quatre accords toltèques a véritablement apporté une amélioration dans ma vie.

Derrière ce titre obscur se cache un véritable traité de sagesse. Je ne parle pas de conseils nébuleux sur comment s’ancrer à la Terre (qui ont vite fait de me rendre hystérique), ni de philosophie indigeste et soporifique.

Non, les quatre accords toltèques sont quatre règles très simples qui nous viennent de ce peuple mexicain disparu (les toltèques, pas les accords… suivez bon sang). Ils forment une sorte de contrat que nous pouvons décider de passer avec nous-même pour être plus heureux dans notre vie.

Quels sont les quatre accords toltèques ?

Apparemment, de 900 à 1 200 (courte période où nous avons compté les toltèques parmi nous), on avait des problèmes similaires à ceux de 2018. Je vous laisse en juger d’après les quatre règles :

1. Que votre parole soit impeccable

En clair, ne soyez pas médisant, langue de pute, faux-cul ou perfide (y compris envers vous-mêmes, bande de petits chenapans). Soyez bienveillants. Ne parlez pas pour ne rien dire.

Nous le savons, les mots ont un véritable impact sur la réalité : chacun de nous traîne encore dans un coin de sa tête au moins une parole dévalorisante prononcée à notre encontre lorsque nous étions enfant (ou même adulte). Pourquoi faire subir ça aux autres ?

Cet accord me rappelle un mantra que je me répète souvent : ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse. Par exemple, je n’aime pas les massages, c’est pourquoi je refuse de faire subir ça à ma pauvre moitié toute courbaturée. Question de droiture dans ses bottes.

2. Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

C’est sans doute l’accord le plus important pour se protéger de souffrances et de colères inutiles, et aussi le plus difficile à respecter.

Il s’agit d’accepter que le monde ne tourne pas autour de nous. Et de comprendre que les réactions des autres, même lorsqu’elles s’adressent à nous, n’ont souvent rien à voir avec nous. Exemple : quand je jette un regard noir au co-worker qui a eu l’outrecuidance de me dire bonjour, ce n’est pas parce que son bonjour était mal prononcé, mais parce que je viens de m’étaler lourdement à vélo. Ma mauvaise humeur n’a rien à voir avec lui, mais il en fait les frais : heureusement, il n’en fait pas une affaire personnelle et retourne à ses lignes de code.

En clair : l’autre est l’unique responsable de ce qu’il dit ou de ce qu’il fait : ne mêlons pas notre ego (déjà fragile) à tout ça. Relativiser, se détacher, prendre du recul permet d’éviter tout un tas de problèmes inutiles et injustifiés.

3. Ne faites pas de suppositions

Même si vous êtes persuadé d’être un grand psychologue devant l’Éternel, il vaut toujours mieux demander qu’interpréter. Car la plupart des conflits relationnels s’enracinent dans ces non-dits (ou non-demandés). 

Stoppez votre monologue intérieur et dialoguez avec les autres. Osez poser des questions quand vous ne savez pas, ou pour mieux connaître la personne en face de vous. Écoutez : pas pour répondre, mais pour comprendre. Ce qui n’est facile pour personne. (Sauf pour le Dalaï-Lama, mais c’est parce qu’il fait ça à longueur de journée.)

Arrêtez de croire que l’autre vous ment / se ment / dit n’importe quoi, juste parce que la réponse ne vous convient pas ou n’entre pas dans vos schémas. Vous n’êtes pas le centre du monde (cf. accord précédent) et vous ne détenez pas la vérité absolue : acceptez que d’autres subjectivités co-existent avec la vôtre !

4. Faites toujours de votre mieux

Le quatrième accord toltèque ne parle pas de perfectionnisme, mais d’avancer sans laisser d’espace à d’éventuels regrets. “Votre mieux” dépend de chaque situation, de chaque contexte, de qui vous êtes à ce moment-là… Quoi qu’il en soit, soyez en accord avec vos valeurs et vos envies profondes (quitte à vous arrêter pour les trouver, elles sont peut-être bien profondes), fixez-vous des objectifs atteignables et donnez ce que vous avez. Le véritable échec, c’est de ne pas avoir essayé.

Comment mettre en pratique les quatre accords toltèques ?

quatre accords toltèques

Simples à comprendre, les quatre accords toltèques sont pourtant moins facile à suivre dans la réalité.

Car nous sommes humains, et donc insérés dans des tissus de relations complexes, parfois fatigués, stressés, déçus (ou bourrés)… Tout peut nous détourner de ces bonnes résolutions.

Pour me simplifier la tâche en 2018, j’ai noté quelques objectifs qui m’aideront à mieux appliquer ces accords toltèques et à vivre . Je vous les partage  :

Moins de réseaux sociaux

Quand je lis que des anciens de Facebook regrettent d’avoir créé des outils qui “déchirent le tissu social”, que nous sommes complètement shootés à la dopamine, ou que l’algorithme choisit les informations qui nous parviennent (étrangement, dans mon fil d’actualités le monde entier se préoccupe d’écologie…) je me dis qu’il est grand temps qu’on se désintoxique. Drôle d’époque, où on se félicite de ne pas avoir regardé son téléphone pendant 2h ! En 2018, je décide de revenir à des interactions plus simples : moins de commentaires, plus de tournées de bière. (Ou même de thé vert. Ou de café, mais ça ne rimait pas.)

Plus de lecture

En plus de nous relaxer et de nous cultiver, lire des romans augmente notre capacité d’empathie en nous glissant dans la peau d’un autre. Une qualité bien utile pour appliquer le deuxième accord toltèque… Oui, encore lui.

Plus de méditation

C’est de plus en plus populaire, et ce n’est pas pour rien. La médecine moderne reconnaît à la méditation en pleine conscience des vertus pour réduire le stress et même prévenir les troubles anxieux et dépressifs. Une pratique régulière permet en tout cas d’améliorer sa concentration et la qualité de son sommeil : 10 à 20 minutes par jour suffisent pour avoir les premiers effets positifs. Pour vous initier, je vous recommande l’appli Insight Timer, qui je vous rassure propose plein de méditations guidées en français, allant de 5 minutes à plus d’une heure si vous êtes chauds comme la braise.

J’espère que ces quelques lignes vous auront donné envie d’en savoir plus sur le livre de Don Miguel Ruiz, et qui sait, peut-être d’adopter les quatre accords toltèques ? Et vous, quelles sont vos bonnes résolutions et vos outils pour vous y tenir ?

Belle année encore ❤

  • 110
    Partages

5 commentaires

  1. Jennifer CARRERE-POEY Répondre

    Merci pour cet article. J’avais déjà entendu parler des accords toltèques mais rien de plus….Le concept, moins de commentaires plus de bières me plait beaucoup. Alors, il est où l’apéro ?

  2. Aurélie Répondre

    Meilleurs voeux Anaelle. Je te rejoins sur la méditation que je fais le soir avec Christophe André. Continue à nous faire rire et découvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *