Pourquoi prendre des compléments alimentaires (et comment bien les choisir) ?

pourquoi prendre des compléments alimentaires
Article publié le
Mis à jour le

L’arrivée de l’hiver, c’est comme chaque année le festival de publicités pour des compléments alimentaires et autres « super-aliments » tonifiants, fortifiants, apaisants, anti-oxydants, anti-stress… Un pour chaque « problème », évidemment ! Et avec le COVID cette année, on est encore plus tenté·es de craquer dans l’espoir de se protéger du virus. Devant tout cet étalage de marketing et ces discours plus ou moins scientifiques (souvent moins que plus, quand même…), on est bien avisé·es de se demander : et si c’était du flan ? Et si ces produits n’avaient d’intérêt que pour ceux qui les fabriquent et les vendent ? Et si ça ne servait à rien, de prendre des compléments alimentaires ?

Ça fait des années que je me passionne pour la santé naturelle, et je fais très attention à mon alimentation, à prendre le moins de médicaments possible, à ne pas acheter des « produits miracles » inefficaces voire dangereux pour la santé. Du coup, pour mieux comprendre l’utilité des compléments alimentaires, choisir les meilleurs et les prendre avec le plus d’efficacité possible, je me suis tournée vers la personne en qui j’ai le plus confiance sur le sujet : Julien Venesson, journaliste scientifique, conseiller en formulation, et fondateur avec sa femme Émilie du laboratoire UNAE, pour enfin pouvoir consommer les compléments dont ils rêvaient…

Pas de langue de bois : UNAE est partenaire de cet article, et à la fin je vous présenterai les produits que j’utilise (ainsi qu’un petit code promo pour celles et ceux qui voudraient les essayer), car j’ai une totale confiance dans leur rigueur scientifique et leur exigence. Maintenant, place aux explications !

Un petit récap’ sur le marché des compléments alimentaires

Les chiffres (et les $$$)

Le marché des compléments alimentaires, c’est des sous : rien qu’en France, 1,99 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019 (chiffres Synadiet). Depuis 10 ans, ce marché ne cesse de croître, et vu le contexte sanitaire and co, on peut raisonnablement penser que ça va continuer.

Y’a quoi dans ce marché ? On y trouve pêle-mêle les produits censés faciliter la digestion, la détente et le sommeil, la vitalité, l’immunité… Mais aussi les trouble érectiles, la prise de muscle ou la perte de poids. (Tout un programme.)

marché compléments alimentaires
Absolument.

Les compléments alimentaires sont-ils forcément efficaces ?

Le fait qu’ils soient majoritairement vendus en pharmacie et parapharmacie (58 % du marché) leur a conféré d’emblée une aura d’efficacité. Bah oui, ce qu’on vend dans une (para)pharmacie, c’est forcément bénéfique et de qualité, non ? Euh… Non.

C’est complètement fou, mais il faut savoir que les compléments alimentaires n’ont pas besoin de démontrer le moindre effet bénéfique sur la santé pour être mis en vente. Tant qu’ils respectent le règlement (CE) n°1924/2006 de l’Union Européenne, qui leur interdit de vanter des propriétés de prévention / traitement / guérison de maladies humaines, ils peuvent allègrement surfer sur les propriétés prêtées à tel ou tel ingrédient ou nutriment par les croyances populaires, les médias, etc. pour se vendre.

En réalité, c’est beaucoup plus complexe de savoir si un complément alimentaire est efficace.

  • D’abord parce qu’il y a peu d’études faites sur le sujet : bah oui, les études, ça coûte cher, et la recherche publique et l’industrie pharmaceutique ont d’autres priorités. Du coup, la majorité sont conduites par les fabricants eux-mêmes, ce qui n’est pas le top du hip hop en termes de rigueur scientifique, vous en conviendrez.
  • Ensuite, parce que beaucoup de facteurs influencent l’efficacité d’un complément alimentaire : la qualité des ingrédients choisis, leur biodisponibilité (proportion des nutriments qui sont effectivement assimilés et utilisés par l’organisme), les interactions des substances entre elles ou avec notre alimentation…

Dans cette jungle, même les professionnels de la santé et du bien-être s’y perdent. Alors nous, les individus… N’en parlons pas. Même si on a vraiment envie d’être acteurs de notre santé.

acteur de sa santé
Moi essayant de prendre ma santé en main.

Les compléments alimentaires : des pansements sur une jambe de bois ?

Enfin, les compléments alimentaires sont parfois utilisés pour traiter des problèmes dont la source est ailleurs, et qui donc perdurent. La meilleure façon de lutter contre le stress, ce n’est pas de prendre du magnésium, c’est d’aller regarder les causes de ce stress ! C’est vrai, une supplémentation peut être un soutien dans une période d’intensité, de transition, ou quand vous avez d’autres priorités / trop de choses à gérer pour vous pencher sur ça. Mais si vous vous mettez constamment la rate au court-bouillon, aucun niveau de supplémentation ne pourra compenser durablement les effets du stress sur votre organisme !

Idem pour les compléments alimentaires censés aider la digestion, la détente ou le sommeil, qui peuvent amener du soulagement temporaire mais ne règlent pas le problème de fond. Ou les « amincissants », qui marchent peut-être sur le moment mais n’ont aucun effet pérenne : si on ne revoit pas son alimentation et son mode de vie, on continue de manger compulsivement et les kilos perdus reviennent…

Mais alors pourquoi prendre des compléments alimentaires ?

Oui, il y a parfois des choses plus efficaces et pérennes à faire que de prendre des compléments alimentaires. Mais nos modes de vie, ainsi que certaines maladies, entraînent parfois la nécessité de se supplémenter. Pourquoi les compléments alimentaires ont-ils aujourd’hui une utilité ? Pour 5 raisons principales :

1 – La sédentarisation

À la base, il y a fort fort longtemps, les humains étaient nomades. On passait la majeure partie de notre temps dehors et en mouvement, ce qui nous exposait beaucoup à la lumière du soleil. Aujourd’hui, on passe plus de 80% de notre journée en intérieur, et pour beaucoup d’entre nous, assis·es derrière des ordinateurs. Le problème, sans cette exposition naturelle c’est que :

  • On ne synthétise plus suffisamment de vitamine D (à peine plus d’un quart de la population n’est pas carencée)… Or elle joue un rôle important dans la prévention de certaines maladies (infections respiratoires comprises). À défaut de la synthétiser naturellement, la consommer quotidiennement et à petites doses (plutôt qu’à forte dose tous les 36 du mois) améliore l’immunité. C’est simple, depuis que j’en prends de cette façon d’octobre à avril, je ne tombe plus malade (je vous en parlais dans cet article 👉 Mes 7 conseils pour bien passer l’hiver.)
  • Un sommeil de qualité est évidemment indispensable pour être en bonne santé. Or si notre sommeil n’est pas régulé par la lumière naturelle (et en prime détraqué par les écrans), ça devient difficile de s’endormir et/ou d’avoir un sommeil réparateur.
Lui par exemple, il doit pas être au top niveau vitamine D…

2 – Un régime alimentaire inadapté

Nos ancêtres se nourrissaient principalement de plantes, de fruits et de graines issus de la cueillette, et occasionnellement d’animaux (qu’ils mangeaient en entier, plutôt qu’un simple filet sous vide). Les parties qu’on peut juger peu ragoûtantes de l’animal (les os, le cartilage, les yeux, les abats, etc.) étaient elles aussi consommées, fournissant en quantité des nutriments essentiels comme la glycine, la choline, la vitamine B12, la carnitine…

Aujourd’hui, nous nous « nourrissons » essentiellement des produits ultra-transformés issus du blé, du maïs ou du riz, d’animaux élevés dans des conditions barbares… Et de « 5 fruits et légumes par jour »… (Les bons jours. Ceux où on a trouvé le temps de cuisiner.)

Alors qu’il existe des milliers de plantes comestibles, nous avons écarté cette incroyable diversité alimentaire au profit d’une poignée d’ingrédients, toujours les mêmes. Beaucoup trop de céréales et de produits d’origine animale, toujours les mêmes fruits et légumes, exit le reste (légumineuses, oléagineux, graines, algues, etc.).

Quelques plantes oubliées sont revenues à la mode, mais globalement, notre régime alimentaire reste très très très monotone. Alors bien sûr, si on a écarté tous ces aliments, c’était pour des raisons pratiques : trop fragiles, trop longs à cultiver/récolter/préparer, pas assez de rendement… La culture d’espèces plus productives et résistantes a permis d’éviter les famines, mais ce modèle poussé à l’excès nous a hélas conduit à un régime alimentaire totalement inadapté à nos besoins.

La première chose à faire, avant même de prendre des compléments alimentaires : inviter la diversité dans votre assiette. Je ne vais pas développer ça ici, mais quelques articles du blog peuvent vous y aider :

🍽 Comment manger plus de fruits et légumes ? 5 idées pour les réfractaires
🍽  Bien manger simplement : 10 principes à adopter dans son alimentation

Malheureusement, certains nutriments aux propriétés protectrices reconnues ne sont présents que dans une poignée d’aliments et/ou dans des proportions insuffisantes pour faire une différence. C’est le cas de la quercétine, qui prévient l’apparition de nombreuses maladies, a des propriétés antihistaminiques, antivirales… À condition de manger 1 kg d’oignons par jour ! Idem pour les polyphénols présents dans les myrtilles, le gingembre et ses propriétés anti-inflammatoires, la coenzyme Q10…

D’autres substances n’existent pas dans des proportions significatives dans l’alimentation, comme la chondroïtine contre les douleurs de l’arthrose, ou la mélatonine qui permet de lutter contre l’hypertension et réguler les cycles du sommeil sans accoutumance ni effets secondaires… Selon vos besoins, les compléments alimentaires peuvent donc être particulièrement utiles !

3 – Un appauvrissement nutritionnel des aliments

Ça va de pair avec le point précédent : avec l’avènement d’une agriculture productiviste, nos aliments sont beaucoup, mais alors beaucoup moins riches en nutriments (vitamines, minéraux, protéines…) qu’il y a 50 ou 70 ans. Pourquoi donc ? Plusieurs raisons à ça :

  • Depuis des décennies, on sélectionne les espèces et variétés en fonction de leurs rendements, et non pour leur qualité nutritive. Du coup, celle-ci se dégrade.
  • L’agriculture intensive et la monoculture génèrent un appauvrissement des sols, qui se retrouve dans les aliments.
  • Beaucoup de fruits et légumes sont récoltés avant leur maturité, pour tenir le coup lors du transport (et ça peut durer, quand ils arrivent de l’autre bout du monde…). Donc ils n’ont pas le temps de faire le plein de nutriments.
  • La hausse de la concentration de CO2 dans l’atmosphère impacte aussi la qualité nutritionnelle des plantes : par quel mécanisme, on ne sait pas encore vraiment. Mais plusieurs études scientifiques ont montré qu’une plus forte concentration de dioxyde de carbone, c’était moins de zinc, moins de fer et moins de protéines dans les aliments.

Là encore, il y a sans doute des choses qu’on peut faire pour atténuer ces effets, comme varier son alimentation et se fournir en circuit court, auprès d’agriculteurs qui respectent le vivant. Mais on ne va pas non plus manger une cagette de pommes ou d’oranges pour faire le plein de vitamine C…

À lire : 🍽 Où faire ses courses pour favoriser les circuits courts et/ou responsables ?

4 – Le stress permanent

Notre mode de vie aujourd’hui…

Le stress est une réaction normale et essentielle face à une situation de danger, qui permet une réponse rapide et adaptée. Mais quand il devient chronique, comme c’est le cas chez beaucoup d’entre nous, il se transforme en véritable ennemi du corps. Le métabolisme s’accélère pour produire l’énergie demandée, ce qui entraîne un manque de certains acides aminés, de potassium, phosphore, magnésium, calcium, vitamines de type B…

Les nutriments essentiels sont aussi moins bien absorbés en période de stress, ce qui n’arrange pas nos affaires. Il est donc important de se pencher sur ces sources de stress, et d’en désamorcer le plus possible. Mais c’est un processus qui peut être long et compliqué : les compléments alimentaires peuvent alors jouer un rôle de soutien pour contrebalancer ces effets.

5 – Le cas des maladies chroniques

Les maladies chroniques comme la sclérose en plaques, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) ou les maladies auto-immunes (thyroïdite de Hashimoto, polyarthrite, etc.) consommeraient plus de vitamine D car cette vitamine est utilisée par notre système immunitaire pour distinguer le soi du non-soi, et rendre la réponse des lymphocytes plus ciblée.

Dans d’autres cas comme l’arthrose, après un infarctus ou un AVC, il peut être recommandé d’augmenter fortement ses apports en acides gras oméga-3 à longue chaîne EPA et DHA (que l’on retrouve dans les poissons gras) pour diminuer l’inflammation et diminuer les risques de rechute ou d’accident cardiaque. Contre l’hypertension artérielle ou le diabète de type 2, la supplémentation en magnésium fait ainsi partie des stratégies naturelles les plus efficaces et les plus documentées.

Et il existe encore bien d’autres exemples ! Pour les personnes touchées par des maladies chroniques, des compléments alimentaires soigneusement choisis sont donc de précieux alliés pour améliorer sa santé.

Comment bien prendre des compléments alimentaires ?

Si vous consommez ou souhaitez prendre des compléments alimentaires, vous vous demandez certainement : comment bien les consommer et les choisir ? Les risques d’une mauvaise prise, c’est au mieux des bénéfices qui s’annulent (ballot quand même…) et au pire des effets secondaires indésirables.

Ainsi, attention à ne pas prendre ensemble des compléments ou aliments incompatibles. Par exemple :

  • Les sources de calcium et le thé/café ne sont pas compatibles avec le fer car ils bloquent son assimilation.
  • Le pamplemousse empêche l’élimination de certains médicaments par le foie : si vous prenez des traitements, attention aux surdosages…
  • Le millepertuis n’est pas compatible avec les antidépresseurs, les pilules contraceptives, les antiépileptiques… Il l’est avec très peu de médicaments, en fait. Donc attention.

Ces interactions sont hélas trop peu documentées, et votre médecin / pharmacien·ne / nutritionniste / naturo / etc. n’est pas toujours bien renseigné·e sur le sujet.

Et ne parlons même pas des fabricants et vendeurs de compléments alimentaires : peu d’entre eux alertent sur les risques liés à l’utilisation de ces produits (naturel ne veut pas dire inoffensif, souvenez-vous le traumatisme Into the Wild, mon cœur en saigne encore) ou expliquent comment bien s’en servir. Donc attention au surdosage et aux associations malencontreuses : la plupart des marques proposent d’innombrables produits en fonction des demandes du marché, sans se soucier de savoir si les différents produits pris ensembles seront compatibles entre eux…

Mon choix : le laboratoire UNAE 💛

meilleurs compléments alimentaires UNAE

Comme je vous le disais en début d’article, j’ai jeté mon dévolu sur les laboratoires UNAE, fondés par Julien et Émilie Venesson.

Ils ont une exigence, une rigueur et une éthique que je n’ai trouvé nulle part ailleurs – et qui font que j’ai une totale confiance en leurs produits :

  • Leurs ingrédients/substances sont sélectionnés avec le plus grand soin, pour leur qualité, leur efficacité scientifiquement prouvée, leur innocuité et leur provenance.
  • Les compléments sont pensés pour être tout en un, ou à défaut pour pouvoir être pris ensemble sans risques ni diminution de l’efficacité.
  • Leurs marges sont réduites pour ne pas abuser sur les prix. Ça ne saute pas aux yeux car leurs produits sont plutôt haut de gamme, mais si vous essayez d’acheter des ingrédients en quantité et qualité similaire ailleurs, cela revient rapidement beaucoup plus cher.
  • Ils minimisent les emballages, utilisent des matériaux écoresponsables, font très attention au bien-être animal et reversent une partie de leur CA à la Ligue de Protection des Oiseaux.
  • Tous leurs choix sont documentés et argumentés. Étant eux-mêmes consommateurs de compléments alimentaires, ils s’appliquent à concevoir et vendre exactement ce qu’ils considèrent comme idéal.
  • Leur service client est assuré par des professionnels de la nutrition et ils n’hésitent pas à vous répondre sincèrement si vous avez des questions ; y compris pour vous déconseiller la prise d’un de leur produit s’ils estiment qu’il n’est pas nécessaire.

J’utilise leur multivitamines Essentiel et leur vitamine D, dont je suis ultra-satisfaite (un flacon de vitamine D est d’ailleurs systématiquement « offert » avec un multivitamines acheté).

Il existe aussi le multivitamines holistique Elite, encore plus complet (mais il faut aimer le goût du gingembre, ce qui n’est absolument pas mon cas), ou le spécial grossesse pour les femmes enceintes. Et d’autres produits en fonction de vos besoins : magnésium, probiotiques, omégas 3, mélatonine naturelle…

🎉 Et pour les lecteurs·trices de la Tortue : vous pouvez tester les compléments d’UNAE avec une réduction de 5% sur leurs produits jusqu’au 26 novembre 2020. Il vous suffit de renseigner le code : TORTUNAE (attention, il n’est valable qu’une fois / personne).
comment choisir ses compléments alimentaires
-5% jusqu’au 26/11/2020 avec le code promo TORTUNAE

Interview de Julien et Émilie Venesson : Pourquoi avoir créé une entreprise de compléments alimentaires ?

Julien : « C’est mon métier depuis plus de 10 ans. Je suis journaliste scientifique et conseiller en formulation. Mais les laboratoires ne suivent pas toujours mes recommandations : parfois, c’est le prix des matières premières qui prime sur la qualité… Je ne trouvais pas les compléments alimentaires que je voulais. C’est pourquoi Émilie et moi avons créé notre propre laboratoire ! »

Émilie : « J’ai une sclérose en plaques et une endométriose et je suis très consommatrice de compléments alimentaires, pour gérer mes douleurs, mes problèmes de concentration, etc. Le problème, c’est qu’on trouve principalement des compléments emballés dans des doses de plastique pas possibles, avec des excipients* controversés, et pas toujours pensés pour être pris ensemble. Pourquoi est-ce qu’il n’existe pas des produits tout en un ? Parce que ce n’est pas forcément très lucratif : on fait des marges beaucoup plus intéressantes si on sépare… D’où l’idée de créer des produits qui intègrent vraiment toutes les vitamines, y compris la fameuse vitamine D. »

J’espère vous avoir éclairé·es sur quand et comment prendre des compléments alimentaires pour qu’ils vous soient vraiment utiles, et donné envie de découvrir les produits ultra-qualitatifs d’UNAE.

Si vous avez des questions, posez-les en commentaire !

bien choisir ses compléments alimentaires

❤ Partager cet article :
  • 22
    Partages

4 Responses

  1. Magali dit :

    Bonjour Anaëlle, je découvre seulement votre blog ! Merci c’est un bonheur !
    J’ai également commandé ma vitamines D car ce labo m’inspire dans la jungle actuelle – Vous avez une idée du nombre de gouttes , c’est par tranche de kilos ? ?? Merci et belle journée -Magali

  2. Lucie dit :

    Merci Anaelle pour cet article et le code promo, commande passée. J’avais déjà utilisé leur magnesium, là j’ai acheté magnesium ET vitamine D car j’ai enfin pris conscience que nous étions carencés en hiver. Donc ce sera vitamine D pour toute la famille, et pas seulement bébé 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

📖 Il est sorti ! 🎉

"On ne sauvera pas le monde avec des pailles en bambou", mon livre, s’adresse à celles et ceux qui oscillent entre enthousiasme et désespoir, qui cherchent un "second souffle écolo" pour agir en phase avec leurs valeurs tout en prenant soin d’eux-mêmes.

Entre développement personnel et écologie, il propose des pistes de réflexion et d’action pour s’engager à sa façon, avec lucidité, courage et joie de vivre.