Choisir une banque éthique pour soutenir la transition écologique

Choisir une banque éthique pour soutenir la transition écologique

choisir une banque éthique

Choisir une banque éthique est l’un des gestes écologiques les plus significatifs qu’on puisse adopter. Julien Vidal de Ça commence par moi le place d’ailleurs dans son top 10 ! Les banques françaises prêtent en effet des sommes considérables chaque année ; et ces financements ont des impacts sociaux et environnementaux énormes, sur lesquels je reviendrai.

Pendant des mois et des mois, j’ai repoussé la question du changement de banque, fatiguée d’avance à l’idée de devoir transférer mes prélèvements automatiques, modifier mon RIB sur tous mes comptes en ligne, rentrer de nouveaux bénéficiaires de virements… Jusqu’à ce que je tombe sur la campagne Pour la banque éthique de La Nef, et me décide enfin à sauter le pas. Et devinez quoi ? Ben en fait… C’était simple.

Si cet article vous intéresse, vous aimerez aussi :

Les banques, grandes contributrices au changement climatique

Deux ONG ont particulièrement travaillé sur les liens entre banques et transition écologique : Oxfam et Les Amis de la Terre. Elles ont lancé le site Fair Finance France, qui explique en détails l’activité de financement des banques. Et sans surprise, c’est pas beau à voir : soutien aux énergies fossiles ou à des activités violant les droits humains les plus élémentaires, financement d’armes nucléaires, évasion fiscale… Entre autres !

Via la distribution de prêts, les banques contribuent largement au changement climatique, à la destruction des milieux et à l’épuisement des ressources. Sans parler éthique, droits humains et du travail… (Un bonheur, ce sujet.)

la banque la plus éthique
Les notes des banques sur le site Fair Finance France : cliquez pour plus de détails

Dans son rapport « Banques françaises, les fossiles raflent la mise » publié fin 2018, Oxfam France mettait en évidence qu’ « en 2016 et 2017, sur 10 euros de financements accordés par les banques aux énergies, 7 euros vont aux énergies fossiles, contre 2 euros seulement aux renouvelables. » Pire, « Les banques ont réduit leurs financements à destination des énergies renouvelables (moins 1,85 milliard d’euros) d’un montant équivalent à l’augmentation de leurs financements vers les énergies fossiles (+ 1,8 milliard d’euros). » Voilà, voilà, c’est cool, non ?

Évidemment, la majorité des gens ne sait même pas que leur épargne finance des projets controversés, un modèle destructeur et à bout de souffle… Parce que l’argent, les placements, toussa, c’est compliqué. Comme vous, moins j’entends parler de mon conseiller et mieux je me porte 😉 Pourtant, notre inaction coûte cher à la planète.

Alors que faire, si on ne veut pas soutenir passivement ces activités délétères pour les hommes et l’environnement ? Choisir une banque éthique, et y transférer ses petites économies.

Quelles sont les banques les plus éthiques ?

La Nef et le Crédit Coopératif

D’après la plupart des classements que j’ai pu trouver, notamment le guide des Amis de la Terre sur la finance responsable, c’est La Nef qui remporte la palme de la banque la plus éthique. Et de loin. À mon sens, c’est vraiment celle-ci qu’il faut privilégier pour placer son épargne (ou pour faire financer son projet professionnel à impact positif.)

la nef

Pour ceux qui souhaitent ouvrir un compte courant, un compte pro, faire un prêt immobilier, etc. : en attendant que La Nef propose ce genre de produits, le mieux est de rejoindre le Crédit Coopératif. Fair Finance France n’a identifié aucune activité controversée, mais reproche au Crédit Coopératif un petit manque de transparence, d’engagements ou de précisions sur certains aspects. Par exemple, sur le changement climatique : « Le Crédit Coopératif a peu d’impact sur l’environnement car il finance l’économie sociale et solidaire. Mais il ne publie pas les émissions de gaz à effet de serre générées par les projets et entreprises qu’il finance et n’a pas pris d’engagement visant à les réduire. »

Quelles sont les banques les moins éthiques ?

À l’inverse, sur le podium des plus mauvais élèves, on trouve :

  1. La BNP Paribas (qui détient aussi Hello bank!, Fortis en Belgique…)
  2. La Société Générale (et donc Boursorama, Crédit du Nord…)
  3. Le Crédit Agricole (dont BforBank, LCL, Le Crédit Lyonnais, Amundi…)
Les pires banques françaises en termes de soutien aux énergies fossiles, d’après Oxfam France

Ici, c’est le seul soutien aux énergies fossiles qui est pris en compte. Mais si on regarde les autres critères de Fair Finance France (environnement, droits humains, droit du travail, fiscalité, transparence…), c’est pareil.

Vous êtes domicilié dans l’une de ces banques, et horrifié d’apprendre ce que vous êtes en train de lire ? No panic.

Ouvrir un livret d’épargne éthique

Choisir où va son argent

L’action la plus efficace est aussi la plus simple à mettre en place : choisir une banque éthique pour ouvrir un livret d’épargne.

Car soyons honnêtes : ce n’est pas avec les 200 balles qui restent sur votre compte courant au 15 du mois que vous allez révolutionner le monde de la finance !

En revanche, votre épargne a un rôle important à jouer. Non, elle ne dort pas sur un compte comme elle semble le faire sur vos relevés bancaires. Elle est mobilisée par les banques pour financer des projets. Et la bonne nouvelle, c’est qu’on peut choisir quel genre de projets !

J’ai longtemps remis la question du changement de banque à demain, pensant que ça allait être compliqué, fastidieux, source de prélèvements ratés ou de virements perdus… Pourtant, changer de banque, ce n’est pas forcément changer de compte courant. Il est même plus important et plus impactant de changer l’endroit où l’on place son épargne !

livret épargne éthique
Alors les gars, on en fait quoi de toute cette fortune ?

Ouvrir un compte épargne éthique, en pratique

À La Nef où j’ai ouvert un livret, c’est très simple :

  • Ça prend 10 minutes ;
  • C’est sans frais (d’ouverture, de clôture ni de gestion) ;
  • Ça peut se faire par Internet ;
  • Ça fonctionne à partir de 10 €.

Concrètement, j’ai rempli un formulaire en ligne que j’ai signé électroniquement, téléchargé les documents justificatifs habituels (carte d’identité, RIB, justificatif de domicile et dernier avis d’imposition), et puis j’ai envoyé par courrier un chèque de 10€. Quelques semaines plus tard, l’ouverture de mon livret était validée et j’ai pu y transférer mes économies par un simple virement. C’est tout.

Qu’est-ce qui nous retient de changer de banque ?

Si c’est si simple à faire, qu’est-ce qui nous retient ?

De base, l’être humain n’aime pas trop le changement. À peine pensez-vous à changer de banque que les questions s’agitent dans tous les sens, engendrant parfois des excuses bidon du style « Pourquoi vouloir changer alors que j’ai toujours fait comme ça ? »

Et si le changement en question implique des formulaires à remplir, des dossiers à constituer ou pire, des coups de fil à passer à des services client débordés, alors il devient un obstacle effrayant et insurmontable (coucou les phobiques administratifs).

Qui ne s’est pas déjà arraché les cheveux avec son fournisseur d’énergie, son opérateur Internet ou de téléphone, sa mutuelle, les impôts, etc. ? Moi aussi, j’appréhendais. La preuve, j’ai mis des mois à me lancer.

Sauf que juré, c’est vraiment simple.

changer pour une banque éthique

En savoir plus sur La Nef, coopérative financière

Peu de temps après avoir ouvert mon livret d’épargne, j’ai rencontré Hortense, banquière itinérante à La Nef, pour lui poser quelques questions. Ce qui suit résume donc ses explications.

La seule banque 100 % transparente

Fondée en 1978, La Nef était au départ une association, avant de devenir une société financière adossée au Crédit Coopératif, en 1988.

Elle propose actuellement des produits d’épargne, de crédit et de financement participatif, où l’argent est systématiquement orienté vers des projets utiles sur le plan écologique, social et/ou culturel. C’est la seule et unique banque entièrement transparente sur ses activités, puisqu’elle publie chaque année la liste exhaustive des projets qu’elle finance.

Les particuliers qui se tournent vers La Nef ont 3 options :

  1. Ouvrir un livret d’épargne, rémunéré à hauteur de 0,10 %. Certes, c’est très bas. Mais si on va par là, 0,75 % ailleurs, c’est pas Byzance non plus…
  2. Ouvrir un compte à terme, c’est-à-dire un compte où l’argent est bloqué sur une période définie, avec des taux de rémunération variable selon la durée.
  3. Acheter des parts sociales (non rémunérées pour le moment) qui donnent une voix pour participer aux prises de décision concernant la coopérative.

Les professionnels ont plus de possibilités, puisqu’ils peuvent faire financer leurs projets, ce qui leur ouvre droit à un compte pro.

Une mobilisation record pour la banque éthique

La Nef n’est pas encore une banque à part entière, car pour l’instant, elle ne pèse pas bien lourd face aux géants de la finance. C’est pourquoi elle ne propose pas encore les mêmes services qu’un établissement classique, comme les comptes courants.

Mais ça pourrait changer bientôt ! De fin octobre au 15 décembre 2018, la campagne « Pour la banque éthique » visait à montrer le soutien important au projet de La Nef. L’objectif était d’atteindre 10 000 nouveaux livrets en moins de 2 mois !

Un pari fou et pourtant tenu, puisque La Nef a enregistré 10 012 nouveaux livrets. « Aucune banque ne peut mobiliser autant de monde en si peu de temps et avec si peu de moyens, sur la seule base de ses valeurs » m’explique Hortense en souriant.

Alors, bientôt des comptes courants ? À suivre… 🙂 Mais une chose est sûre : vous n’avez pas besoin d’attendre ce service pour que votre argent finance la transition écologique !

Prêts à vous lancer ?

Au cas où vous en douteriez, La Nef ne m’a rien demandé pour écrire ce billet. C’est un simple témoignage de citoyenne engagée et de nouvelle cliente convaincue 🙂

Cet article vous a motivé ? Partagez-le sur Pinterest !

placer son épargne dans une banque éthique
  • 129
    Partages
Anaelle
Blogueuse engagée. Écologie, société et autodérision.

11 Responses

  1. Article vraiment très intéressant ! J’ai entendu parler de tout ça il y a peu et l’idée commence à faire son chemin !!
    Petite question : lorsque tu fais un virement de ton compte courant à ton épargne ou l’inverse, quel est le délais pour que l’argent soit apparent sur l’autre compte ?
    Car lors de mes voyages, j’ai besoin de pouvoir faire des virements régulièrement sans attendre 3 jours pour que l’argent soit disponible sur mon compte courant
    Metcibne tout cas pour toutes ces informations !!
    Bonne journée

    • Anaelle dit :

      Je dirais 2 jours. C’est sûr que c’est pas immédiat-immédiat mais bon, ça va encore je trouve. Ce que je fais c’est que je me garde 2-300 euros sur le compte épargne associé à mon compte courant pour les urgences. Tout le reste de ma fortune va à La Nef.

  2. Emy dit :

    Ca fait un moment que j’y pense et ton article me donne envie de me pencher sur la question ! Il y a un crédit coopératif qui vient d’ouvrir au bout de ma rue, j’ai une piqûre de rappel tous les jours en passant devant. Ce serait pour de l’épargne du coup j’hésite à choisir la Nef.
    Il y a des agences ou l’on peut faire tout en ligne ?
    Pour ma banque principale on a un prêt donc pas possible de changer… 🙁

  3. aurore dit :

    Chouette article !
    C’est après avoir vu le film « demain » que je me suis lancée. Il y avait un crédit coopératif dans ma ville, j’en ai profité et depuis, aucun regret !

  4. Michel Chloé dit :

    Merci Anaëlle, je me suis lancée aussi grâce à ton article !
    Bises

  5. Pauline dit :

    Après le changement de fournisseur d’électricité la semaine dernière (pour Ilek) j’étais à deux doigts de changer de banque grâce à ton article (je découvre en même temps ton blogue que je dévore, bravo, ton travail est formidable)

    Le seul hic pour le moment de mon côté est l’absence d’application mobile. Quand je suis en voyage à l’étranger j’ai vraiment besoin d’avoir ma banque facilement au bout du téléphone (quoique j’aie pris la décision de ne plus prendre l’avion, ça règlera vite mes problèmes) (mais j’ai l’impression que le problème sera le même quand j’irai randonner en montagne) Bref, je sens que la graine est plantée et qu’elle a germé malgré quelques petites réticences minuscules encore qui vont vite s’envoler. C’est pour bientôt promis !

  6. Audrey dit :

    allez, depuis que j’hésite, tu m’as convaincu !

  7. Hello,
    Même constat même effet, notre épargne est dorénavant a la Nef.
    Super article

  8. Delphine dit :

    Super article! J’ai une bête question pratique. Comment fait on pour retirer de l’argent ? Je sais bien que c’est pour de l’épargne mais quand on en a besoin ? Mille mercis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *