Culottes menstruelles : toutes les réponses à vos questions

Culottes menstruelles : toutes les réponses à vos questions

culottes menstruelles avis
Article publié le
Mis à jour le
❤ Partager cet article :
  • 135
    Partages

Je me souviens de la première fois où j’ai vu une publicité pour des culottes menstruelles. J’ai fait un bond d’un mètre sur ma chaise en m’écriant : « MAISSÉSSOUPERRR ! » Trois jours après, je recevais mes deux premiers modèles qui ont presque mis de la joie dans mes lunes. Je dis presque parce qu’en dépit de ses pouvoirs magiques, la culotte de règles ne résout pas le mal de bide ni le tsunami émotionnel qui arrive cette semaine-là. MAIS c’est une alternative crédible aux cups et aux serviettes lavables, qui pour mois sont deux gros échecs.

Le principe de la culotte de règles est simple : je me lève, j’en enfile une, et je ne m’occupe plus de rien jusqu’au soir. Le sous-vêtement est conçu pour absorber le sang tout au long de la journée, sans odeurs, sans sensation d’humidité et sans fuites. Quelle différence avec les serviettes ? La protection c’est la culotte en elle-même : on ne la fixe pas à ses sous-vêtements.

Cette invention a changé mes règles du tout au tout. Pour moi c’est LA protection menstruelle, à la fois pratique, confortable, saine et zéro déchet. Je n’ai pas les problèmes de retrait ou de fuites que j’avais avec la cup (3 tailles différentes essayées…) ni la sensation de porter une couche comme avec une serviette lavable. J’évite également les protections jetables qui sont une calamité environnementale et sanitaire.

Sur le même sujet :
👉 Les tampons hygiéniques sont-ils dangereux pour notre santé ?
👉 Serviette, tampon ou cup ? Le comparatif des règles écolo et saines

Vous hésitez à adopter les culottes menstruelles ? Vous avez plein de questions à ce sujet ? Je vous explique tout.

culotte menstruelle réponse questions

Les culottes menstruelles, comment ça marche ?

Si les formes et les matières varient d’une marque à l’autre, le principe, lui, est toujours le même. C’est une culotte qui au niveau de l’entrejambe contient plusieurs épaisseurs de tissus, conçues pour absorber le sang et le garder à l’intérieur.

Ça ressemble à de la magie mais en fait ça n’en est pas (non mais partez pas…) En fait, la « technologie » repose sur 3 couches au fond de la culotte :

  • Un tissu doux d’absorption : c’est celui qui est au contact de notre intimité. La plupart des marques utilisent du coton.
  • Un tissu de rétention : il attire le liquide au cœur de la culotte, pour nous garder au sec. Les marques françaises utilisent généralement du bambou ou de l’eucalyptus, aux propriétés anti-bactériennes et anti-odeurs. À noter que certaines marques étrangères mettent de la laine mérinos, de la polaire de coton ou des nanoparticules d’argent (controversées…)
  • Un tissu imperméabilisant mais respirant : c’est grâce à lui qu’il n’y a pas d’accident. Il s’agit le plus souvent de polyester enduit polyuréthane, plus connu sous le nom de PUL. (Oui, c’est du plastique, mais que voulez-vous, sans ça les culottes auraient été parfaites et donc énervantes.)

C’est cette superposition de 3 tissus qui nous assure de passer la journée au sec.

culottes de règles fuites
Parées les meufs.

La culotte de règles est-elle vraiment fiable ?

Pour les femmes ayant des règles légères, normales ou même abondantes, les culottes menstruelles sont souvent une vraie libération. Elles peuvent être gardées toute la journée sans risque de fuites, à condition de choisir le modèle adapté :

  • Les culottes « normales » absorbent l’équivalent d’1 à 2 tampons : parfait pour les jours de flux léger à moyen.
  • Les culottes « flux ++ » vont jusqu’à 3 ou 4 tampons : tout indiquées pour les jours Niagara Falls.

Il n’y a de sensation d’humidité. Ou plutôt, il n’y a pas de sensation durable d’humidité. Évidemment, on sent le flux s’écouler lorsqu’il sort de nous. La culotte est humide quelques instants, le temps que les couches de tissu fassent leur job. Mais dès que le sang est capturé, cette sensation disparaît. Et il reste gentiment à sa place jusqu’au lavage.

Attention : si la sensation d’humidité ne disparaît pas, c’est que la culotte est full et qu’il faut la changer.

En début et fin de cycle, quand le flux est très léger, on oublie totalement ses règles. Quand c’est plus abondant, on gigote un peu au début en sentant le sang s’écouler.

culottes menstruelles fiabilité
Moi quand ça coule et que bon voilà quoi.

Puis quand on connaît mieux son cycle et ses réactions, on fait totalement confiance à la culotte et on s’y fait.

💧💧💧 Le cas particulier des flux hémorragiques 💧💧💧

Suite à la pause d’un DIU cuivre il y a un an et demi, mes règles déjà bien abondantes se sont transformées en hémorragie menstruelle.

Quand je dis « hémorragie », j’entends que le pire jour, ma cup débordait en 3 – 4h, tout comme mon tampon « super plus » (avec 4 gouttes sur l’emballage mon cul ouais). Sans grande surprise, les culottes de règles ont connu le même sort : alerte rouge au bout de quelques heures…

règles hémorragiques

Est-ce que la culotte menstruelle est compatible avec un flux hémorragique ? Pas plus que les autres protections, malheureusement.

Pour éviter les fuites, obligée de :

  • Se changer à la mi-journée (pas forcément pratique/faisable pour tout le monde) ;
  • Doubler sa protection pour éviter les accidents (culotte + tampon ou culotte + cup), au moins le matin où le flux est plus abondant ;
  • S’entraîner au flux instinctif libre, méthode que je ne maîtrise pas vraiment mais que mon corps commence à pratiquer de lui-même depuis que je porte ces culottes… Pour en savoir plus, lisez le témoignage de Nastasha, par exemple.

Dernière chose : des règles hémorragiques ne sont pas forcément une fatalité. Si la piste de l’endométriose est écartée, un naturopathe ou un praticien en médecine traditionnelle chinoise peuvent vous aider à identifier la cause et trouver les remèdes adaptés.

Pour ma part, la pratique régulière du yoga et la supplémentation en fer d’origine végétale (spiruline) la semaine de mes règles ont fini par réguler les douleurs et le flux, redevenu « simplement » abondant (et donc parfaitement compatible avec des culottes de règles !).

Confort et hygiène des sous-vêtements menstruels

Est-ce que c’est confortable ?

Le gros avantage de la culotte de règles sur la serviette lavable, c’est qu’elle ne bouge pas et qu’elle ne fait pas de plis. On pourrait craindre un « effet couche », mais pas du tout. Oui, la culotte est plus épaisse au niveau de l’entrejambe, mais ce n’est ni gênant, ni visible.

Si les toutes premières culottes étaient moches et moyennement agréables à porter (matière « maillot de bain », tailles trop petites…), les modèles d’aujourd’hui se soucient de confort autant que d’esthétique, avec de jolies finitions, des tissus tout doux, etc. Clairement, vous aurez plus d’allure avec les culottes menstruelles qu’avec les sous-vêtements défraîchis que vous portez d’habitude ces jours-ci… 😉

Moi quand j’enfile ma plus belle culotte menstruelle

Est-ce que ça sent ?

Non, aucune mauvaise odeur ne se développe dans une culotte menstruelle, et ce même si le sang y est emprisonné toute la journée. Pourquoi ? Parce que le tissu de rétention a généralement des propriétés anti-bactériennes, évitant la surboum de microbes responsables des effluves désagréables.

Reste qu’une culotte n’est pas un désodorisant : elle contient mais ne masque pas l’odeur – normale – du sang menstruel, où sécrétions vaginales et muqueuses utérines se mêlent joyeusement à nos globules rouges.

Les matières utilisées sont-elles dangereuses ?

Ces protections sont parfaitement saines : elles ne contiennent ni produits chimiques, ni substances controversées. La seule exception, ce sont les Thinx (marque américaine), dont les nanoparticules d’argent font débat. Pour les marques made in France, aucune inquiétude à avoir !

Bien laver ses culottes de règles

Et une fois qu’elles sont sales, on fait quoi de nos culottes ?

Le nettoyage commence par un rinçage à l’eau froide. Le mieux, c’est d’enlever sa culotte menstruelle dans la douche ou dans la baignoire, puis de la rincer en même temps qu’on se lave. Vous pouvez aussi la mettre à tremper une petite demi-heure dans une bassine d’eau froide.

Pressez la culotte pour faire sortir le sang jusqu’à ce que l’eau soit claire. Une fois bien rincée, il ne vous reste plus qu’à la mettre dans le tambour de la machine avec le reste de votre linge sale, de préférence foncé.

Pour la température de lavage, n’excédez pas 40 degrés. On évite aussi les adoucissants et le séchage en machine qui abîme le tissu « technique ».

Évitez bien sûr de laver vos culottes avec votre lessive de blanc éclatant, (sauf si vous cherchez à obtenir une couleur jaunâtre, c’est votre choix). Je la mets avec ma lessive foncée habituelle et je n’ai jamais eu aucune mauvaise surprise.

Ça ? No worries, ça n’arrive pas.

Combien faut-il de culottes menstruelles pour un cycle ?

Si vous souhaitez n’utiliser que des culottes pendant vos règles, je dirais qu’il vous en faut minimum 4.

Au plus gros du flux, vous allez en utiliser au moins 2 par jour (une pour la journée et une pour la nuit). Si vous les rincez et nettoyez aussitôt (avec une lessive à la main), vous pouvez tourner avec 4, mais… Il ne faudra pas traîner.

Personnellement, j’en ai 6, que j’utilise donc 2 fois par cycle. Avec ce « pack » là, j’ai de quoi laver et sécher les premières en machine pendant que j’utilise les secondes. J’avoue que le côté lavandière des débuts m’a vite saoulée, et que j’ai préféré en avoir 2 de plus plutôt que de toujours les laver à la main.

Combien ça coûte ?

Soyons honnêtes : les sous-vêtements périodiques, c’est un investissement. 6 culottes vous coûteront environ 200 €. Mais elles vous dureront en moyenne 5 ans.

Petit calcul de coin de table : sachant qu’une femme dépense en moyenne 60 € par an pour ses protections hygiéniques, au bout de 5 ans elle en a eu pour 300 €. Bref, la culotte de règles bat les tampons et serviettes jetables sur le temps long… Mais elle ne rivalise pas avec la cup, sacrée big championne des économies (20-30€ pour 5 ans).

Pour moi, le principal argument de la culotte n’est pas monétaire. Si je l’ai adoptée, c’est parce que c’est à mes yeux le meilleur combo possible entre confort, aspect pratique et santé. Sans oublier qu’elle est zéro déchet !

Mes conseils pour bien démarrer avec les culottes menstruelles

Testez les OKLM

Si vous ne savez pas si cette protection vous convient, je vous conseille de démarrer en achetant une ou deux culottes. Même si cette protection ne vous plaît pas, elle vous servira toujours pour ce moment ultra-relou où il n’y a plus assez de sang pour porter un tampon ou une cup, mais quand même trop pour sortir complètement free de la moumoune.

Pour le démarrage, testez la au calme chez vous (sur un jour de week-end par exemple) avant de vous aventurer dehors avec. Vous aurez le temps de voir si la sensation d’écoulement ne vous gêne pas (pour celles qui passent de la cup/des tampons à la culotte), si la protection choisie convient bien à votre flux…

Si les culottes menstruelles vous séduisent, vous pourrez alors en commander un pack, adapté à la durée et à l’intensité de vos règles.

Comment les choisir ?

Rarissimes il y a 3 ans, les marques de culottes de règles se sont multipliées. Il y en a aujourd’hui plein sur le marché. Les technologies sont à peu près les mêmes, aussi faites votre choix en fonction :

👉 Du lieu de fabrication : préférez l’Europe !
👉 Des matières utilisées : personnellement, j’aime les culottes en coton, bien plus agréables à porter que les matières synthétiques.
👉 De l’esthétique : les règles ne sont pas toujours faciles à vivre. Autant les égayer un peu avec de jolies culottes qui vous plaisent !
👉 Des valeurs de la marque : douceur, woman power, body positivisme… Chaque marque véhicule un message différent : allez vers celui qui vous parle !

Mon coup de ❤ : Moodz !

J’ai essayé 3 marques différentes. Mes culottes chouchoutes sont les Moodz, à la fois esthétiques, pratiques et très confortables. Elles sont fabriquées au Portugal, avec des matières premières majoritairement européennes. Le coton, lui, vient de Turquie.

J’ai 2 modèles de chez eux, offerts par la marque, et qui m’ont totalement conquise :

  • La culotte noire (flux moyen) en coton certifié Oeko-tex (sans substances nocives), super agréable à porter et ornée de jolies finitions.
  • Le shorty grand flux en polyamide et élasthanne pour l’extérieur, coton certifié pour l’intérieur. Il est hyper chic avec sa taille haute, ses bords dorés et son plumetis !
culottes menstruelles moodz
moodz shorty grand flux
10% de réduction sur les culottes Moodz avec le code MOODZREVOLUTION

Aucun de ces deux modèles ne se voit sous le pantalon, en tout cas pas plus qu’une culotte normale. Après, je mets pas des pantalons blanc en viscose non plus hein.

Attention, ces culottes taillent un peu grand (je dirais d’une demi taille). C’est un choix délibéré de la fondatrice, pour plus de confort pendant les règles. J’ai pris ma taille de culottes habituelles et je n’ai pas de regrets, mon bide faisant un œdème de Quincke à chaque cycle. Dans le doute, mieux vaut se reporter au tableau de mesures sur chaque fiche produit.

🚺 Envie de vous lancer ? Bonne nouvelle : MOODZ vous offre 10 % de réduction avec le code MOODZREVOLUTION ! 😍

Vous hésitez encore un peu ? Si vous avez encore des questions au sujet des culottes menstruelles, n’hésitez pas à les poser en commentaire 😉

D’autres articles sur les produits d’hygiène et cosmétiques sains ?

culottes de règles questions

❤ Partager cet article :
  • 135
    Partages
Anaelle
Blogueuse engagée. Écologie, société et autodérision.

13 Responses

  1. Fanny dit :

    Merci pour cet article. Je cherche, moi aussi, à me libérer des serviettes jetables. Et la cup ne me convient pas du tout. Mais lors d’un essai de culotte, j’ai constaté avec déception que le gousset doublé, et donc absorbant, est trop court pour moi. Je dois effectivement mettre ma serviette un peu en avant dans une culotte standard. Je n’ai pas trouvé d’illustration de l’intérieur de la culotte chez Moodz. Ont-elles compris que nous sommes effectivement toutes différentes et qu’un gousset venant jusque devant serait fort utile?

  2. cyrielle dit :

    Article interessant et plutot complet, je n’avais pas idee de la duree de vie de 5ans d’une culotte. .pourtant les couches lavables, qui sont sur le meme principe, vivent beaucoup plus longtemps..?
    Pour ce qui est des « morceaux », ils restent au fond de la culotte pour ma part, je les enleve en allant aux toilettes, sans ca la sensation d’humidite persiste..

  3. Béné dit :

    Hello Anaëlle !

    Super article fluide (hoho) et synthétique ! Moi j’ai abandonné la cup que j’avais depuis 6 ans pour les culottes menstruelles, qui ont également changé ma vie 🙂
    Juste pour apporter ma petite pierre à l’édifice et pour aider éventuellement tes lecteur.rice.s : après les tests des culottes Moodz et Fempo, ma préférence va vers Moodz, qui a moins un effet « couche » que la Fempo. Et les Moodz sont plus jolies selon moi… Enfin elles restent plus accessibles que les Rejeanne qui sont assez haut de gamme en terme de prix 🙂

    Merci pour ce récap’ !

  4. Emilie dit :

    Je suis également convaincue par le confort et l’efficacité des culottes. Par contre, il faut quand même beaucoup d’eau pour bien les rincer…

  5. Lulu dit :

    Merci pour l’article !

  6. Krieger dit :

    Bonjour Anaelle,
    Merci pour ce super article bien écrit et avec humour en plus j’adore !

    J’ai acheté il y a maintenant 6 mois, 1 culotte synthétique de la marque Fempo, bon en taille trop petite par rapport à leur guide mais bon passons.
    Je suis un peu déçue car à chaque passage aux toilettes, je vois du sang sur la culotte et du coup ça me gêne de remettre la culotte, alors que celui-ci n’est pas vraiment absorbé par la culotte … est ce que ça fait la même chose pour toi ?

    Merci pour ta réponse,
    Manon

  7. Marina dit :

    Bonjour,

    Merci pour l’article !
    Avez vous testé la marque Réjeanne ? Et si oui, pourquoi la marque Moodz est-elle votre préférée ? (J’ai testé la marque Réjeanne mais pas Moodz, d’où ma question) ^^

    Merci pour la réponse !

    • Anaelle dit :

      Bonjour, oui, j’ai testé un modèle de chez Réjeanne que j’aime beaucoup (le flux++) mais je ne connais pas les autres. Sur la Moodz ce que j’adore c’est que la culotte classique est 100% coton (hormis les épaisseurs de tissu à l’intérieur évidemment) : c’est ultra agréable à porter 🙂

  8. Little No' dit :

    Je crois que c’est un des premiers articles que je lis chez toi et je dois dire que j’adore ton humour !
    J’ai tellement hâte de passer aux culottes de règle, ça va être la libération.
    Jusqu’à quand est valable ton code promo?

  9. Estelle dit :

    Merci pour cet article ! Tout est bien expliqué !
    Je me suis récemment lancée dans le test des culottes mentruelles et je te rejoins sur la marque « moodz » qui est pour moi au top !

  10. Aude-Marie Chartier dit :

    Merci pour ce retour ! Je regarde passer les offres, tout en hésitant… Je suis passée à la cup sans souci majeur depuis 2 ans, mais je me dis que la culotte doit être plus confortable la nuit.
    J’ai juste une questions : les muqueuses (que j’appellerais tendrement les « morceaux ») sont-elles vraiment absorbées ?
    Et sinon, vous dîtes plusieurs fois qu’on peut se sentir gênée en sentant le plus s’écouler, je trouve que je sens tout autant avec une serviette ou une cup !

    • Anaelle dit :

      J’aurais du mal à répondre car je ne suis pas concernée par de telles pertes. C’est à tester avec un modèle flux++ ! Quant aux sensations, c’est à l’appréciation de chacune. Je ne sentais rien avec la cup et j’ai mis un peu de temps à m’habituer à « laisser couler ». D’autres n’arrivent pas à s’y faire. Nous sommes toutes différentes 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez la révolution des tortues !Et faites votre transition écologique sans pression ni jugement. OKLM, quoi.

Chaque semaine, recevez des infos et des conseils pour intégrer facilement l'écologie à votre quotidien.

Attention : non seulement cette newsletter est utile, mais en plus, elle est drôle.