Où trouver un vrai savon de Marseille (ou d’Alep), artisanal et sans additifs ?

où trouver un vrai savon de Marseille
Temps de lecture : 5 minutes

Écologique, économique, hypoallergénique… La réputation du savon de Marseille n’est plus à faire. Hélas, comme souvent, des produits moins fréquentables surfent aussi sur la vague. Et distinguer le vrai savon de Marseille ou d’Alep – artisanal et fabriqué dans les règles de l’art – d’un savon industriel bourré d’additifs devient mission impossible.

C’est dommage, car la formule du vrai savon de Marseille a tout pour plaire. Totalement biodégradable, il ne contient aucun produit nocif pour l’homme ou pour l’environnement, en plus d’être bigrement peu cher. Malheureusement, la dénomination n’est pas (encore) protégée. Résultat, c’est parfois la fête du slip de l’arnaque.

 

(Certains liens contenus dans cet article sont des liens d’affiliation. Pour comprendre ce que c’est, et pourquoi c’est important pour me permettre d’animer ce blog dans de bonnes conditions, n’hésitez pas à consulter la page dédiée.)

Qui gagnera la guerre du vrai savon de Marseille ?

Depuis 2015, les produits non-alimentaires peuvent être protégés par le biais d’une IGP – Indication Géographique Protégée. Oui, comme la Fourme d’Ambert ou le Coco de Paimpol sont protégés par une AOC, Appellation d’Origine Contrôlée. Pour définir cet IGP, les fabricants doivent déposer un cahier des charges auprès de l’INPI, qui statue ensuite. Problème : dans le cas du savon de Marseille, les producteurs ne sont pas tout à fait d’accord. Non, en fait pas du tout.

faux savon de Marseille
Genre ça, pour certains, c’est du vrai savon de Marseille. Alors que pour d’autres, pas du tout.

Depuis 2011, différentes associations de fabricants se sont constituées pour défendre leur vision et leur recette du vrai savon de Marseille :

  • L’Association des Fabricants de Savon de Marseille (AFSM) regroupe 12 fabricants et défend un savon fabriqué à partir d’huiles végétales dans une région englobant les Bouches-du-Rhône, le Var, les Alpes de Haute-Provence et la Drôme Provençale. Celui-ci peut être enrichi de diverses substances (parfums, huiles essentielles, pigments…)
  • L’Union des Professionnels du Savon de Marseille (UPSM), constituée par quatre savonneries marseillaises, défend une pâte à savon fabriquée exclusivement dans les Bouches-du-Rhône, issue d’un « savoir-faire ancestral ».
  • L’Association Savon de Marseille France (ASDMF) rassemble six producteurs et définit le savon de Marseille comme un « processus de fabrication » plutôt qu’un produit régional. Elle souhaite étendre l’IGP à la France entière.

Vous l’aurez compris, on a d’une part les industriels, de l’autre les artisans régionaux… Et un outsider clamant que le savon peut bien être fabriqué ailleurs qu’à Marseille, du moment que c’est fait avec l’art et la manière.

Mais aujourd’hui, en l’absence de réglementation arrêtée, le vrai savon de Marseille n’existe tout simplement pas. À chacun de passer l’étiquette à la loupe pour vérifier qu’il correspond bien à ses critères… Et comme personne ne le fait, tout le monde peut écrire ce qu’il veut, OKLM quoi.

Quels critères pour acheter un vrai savon de Marseille ?

Pour ma part, peu m’importe que mon savon soit cuit à Salon-de-Provence ou à Nantes, tant que c’est un produit simple, naturel et de qualité.

Aussi, voici mes critères pour choisir mon savon de Marseille :

  • Il n’est fabriqué qu’à partir de deux ingrédients : des huiles végétales et de la soude (sodium hydroxide). La recette d’origine ne comprend que de l’huile d’olive (sodium olivate), mais ça rend le savon très peu moussant, et de fait peu pratique à utiliser. C’est pourquoi l’immense majorité des savons de Marseille contiennent d’autres huiles (coprah, palme…), et ce depuis très longtemps.
  • Il ne contient aucun additif de type parfum, colorant, conservateur… De fait, on peut avoir l’impression de se doucher à l’huile d’olive ; ce qui est perturbant, mais absolument pas grave.
  • Il est de couleur vert pâle à brun. Les savons de Marseille blancs contiennent de l’huile de palme (nous y reviendrons).

Comme l’explique la représentante de l’UPSM, l’un des principaux intérêts du savon de Marseille est d’être hypoallergénique et uniquement fabriqué à partir d’ingrédients naturels ! Or, si l’on rajoute des parfums et des colorants, ce n’est plus le cas.

J’adhère également au discours de l’ASDMF, qui parle d’un « produit populaire de première nécessité », tout en étant « de haute qualité » et « écologiquement responsable ». Oui, le savon de Marseille, c’est tout ça, et c’est pour ça qu’on ne veut pas que n’importe qui puisse s’en réclamer.

Car selon ces critères, la quasi totalité des savons vendus comme « savons de Marseille » sont des faux, composés d’huile de palme à gogo et pleins de parfums synthétiques allergisants. Bref, des produits qui n’ont de savon de Marseille que le nom !

Faut-il boycotter l’huile de palme dans les savons de Marseille ?

savon de marseille vert blanc
Alors, savon vert ou savon blanc ?

La grosse question sensible, concernant le savon de Marseille, c’est la présence ou non d’huile de palme. Compte tenu des désastres écologiques auxquels elle est associée, comment peut-on en trouver dans les savons des puristes ?

L’huile de palme dans le savon de Marseille, une utilisation ancienne

savon de marseille huile de palmeComme l’explique la savonnerie Marius Fabre sur son site, l’huile de palme est utilisée dans la fabrication de savon de Marseille depuis le XVIIIe siècle. Les savons blancs en contiennent tous, mais aussi certains savons verts comme ceux de Rampal-Latour. J’y étais farouchement opposée, jusqu’à ce que quelqu’un m’interpelle sur Instagram pour m’expliquer que les choses ne sont pas si simples. Pourquoi ?

  • La cosmétique ne représente que 19 % de l’utilisation de l’huile de palme (80 % pour l’alimentaire).
  • Le palmier à huile est très productif et la production d’huile de palme crée de nombreux emplois en Asie du Sud-est.
  • MAIS : cette production est actuellement débridée et sans considérations environnementales, causant effectivement une déforestation de masse, entre autres.

Aussi, le WWF travaille à ce que cette production change, pour que la production d’huile de palme se fasse de manière responsable. D’autres avancent que l’huile de palme durable n’existe pas : toujours est-il qu’en arrêtant les produits alimentaires ultra-transformés, on n’en consomme pratiquement plus du tout. Libre à chacun de se faire sa propre opinion en ce qui concerne le savon de Marseille 🙂

Et l’huile de coprah ?

Issue de la pulpe sèche de noix de coco, l’huile de coprah donne au savon son pouvoir moussant… Une caractéristique à laquelle nous sommes tous attachés depuis longtemps. Elle est en plus d’être moins chère que l’huile de grignions d’olives (issue de la 2e pression, la 1re étant utilisée pour l’huile alimentaire), permettant de diminuer le prix du savon, tout en gardant un produit de qualité.

Savon de Marseille ou savon d’Alep : quelle différence ?

Pas facile de s’y retrouver entre tous ces produits supposés vertueux. Outre le lieu de fabrication, la différence entre savon de Marseille et savon d’Alep réside dans la présence ou non d’huile de laurier (laurus nobilis), en plus de l’huile d’olive.

Compte tenu du drame dont la Syrie est le théâtre depuis de nombreuses années, on comprend que la fabrication de savon ne soit pas la priorité des Alepiens. La production a donc énormément ralenti.

vrai savon d'alepAilleurs dans le monde, d’autres producteurs suivent la recette, comme Alepia, qui a accueilli le maître savonnier Hassan Harastani après la destruction de ses installations… Contraint de fuir la Syrie pour le Liban, il a ensuite pu reconstruire sa savonnerie à Santeny, en Île-de-France, avec l’aide de Samir Constantini (fondateur d’Alepia).

Au niveau de ses propriétés, le savon d’Alep conviendrait mieux que le savon de Marseille aux peaux sensibles et en particulier aux peaux sèches. Certaines personnes souffrant de psoriasis ou d’eczéma constatent par exemple une diminution de leurs troubles. De même, si vous souffrez d’une acné de contact sur le corps, le savon d’Alep peut vous faire du bien ! À tester et apprécier soi-même 😉

Où trouver un VRAI savon de Marseille ?

En ligne, j’aime bien les savons d’Alep ou de Marseille de la marque Tadé que je trouve très bien (ci-contre). Ils sont bio, sans huile de palme, et comportent un minimum d’emballages. Car c’est un autre avantage du savon par rapport au gel douche : un pas supplémentaire vers le zéro déchet !

Les savonneries traditionnelles des Bouches-du-Rhône (Marius Fabre, Le Sérail, Le Fer à Cheval et la Savonnerie du Midi) vendent leur savons en ligne, pour les lecteurs qui ne sont pas du coin. Pour payer moins de frais de port, faites une commande groupée et/ou pour toute l’année.

Quelle que soit la marque sur laquelle vous jetez votre dévolu, n’oubliez pas de choisir votre savon sans parfum et sans additifs si vous recherchez un authentique savon de Marseille (ou d’Alep !)

savon marseille 100% olivePour les puristes

Ceux qui recherchent un savon composé à 100% d’huile d’olive pourront se tourner par exemple vers Théophile Berthon sur le e-shop Slow Cosmétique, ou vers Alepia, qui proposent de vrais savons de puristes !

Si vous avez une épicerie sans emballage ou un magasin de vrac près de chez vous, regardez s’ils ne vendent pas du savon à la coupe. Et n’hésitez pas à questionner vos interlocuteurs sur la composition des savons, ils doivent pouvoir vous renseigner !

Notez que La Savonnerie du Midi produit les savons bio La Corvette, mais aussi les Maître Savon de Marseille, dont les cubes sont vendus en grande surface !

Le savon de Marseille ou d’Alep est encore trop asséchant pour vous ? Allez plus loin et lisez : « Surgras, saponifié à froid… Comment choisir son savon ? »

Si vraiment vous préférez les gels douches, j’ai aussi ce qu’il vous faut : « À quel gel douche bio se fier pour se laver les yeux fermés ? »

 

Suivez-moi sur les réseaux sociaux, et ne nous quittons plus :

Facebook La Révolution des Tortues Twitter La Révolution des Tortues Instagram La Révolution des Tortues Google+ La Révolution des Tortues

  • 88
    Partages

7 commentaires

    • Anaelle Auteur de l’articleRépondre

      Il y en a à la coupe à La Recharge, ainsi qu’à La Cardabelle rue Saint-Rémi, et sûrement ailleurs… !

  1. ELOY Répondre

    Très chouette article qui me conforte dans mes achats pour ma petite boutique de produits naturels et écologiques dans le sud de la France.
    Je fais très attention aux fabrications, je rencontre nos fournisseurs, j’essaie d’avoir l’opportunité de voir les usines de production et fabrication, c’est super enrichissant et très important à mon sens.
    Ravie de voir que mes choix sont validés par vos propos très intéressants.

    Bien à vous,

    Charlotte
    La savonnerie de Bulle

    • Anaelle Auteur de l’articleRépondre

      Ça fait plaisir de voir des distributeurs consciencieux et engagés, keep going surtout 🙂

  2. Flo Répondre

    Bonjour !
    Un super article très clair et très explicatif. Merci !
    Personnellement, j’utilise beaucoup de savon de Marseille ou d’Alep, selon les moments même si en ce moment on tourne plus à l’Alep : on s’en sert pour se laver les mains, pour la vaisselle, pour la lessive…
    J’avoue que pour ma part (peut-être mes origines provençales…) j’aime bien le savon de Marseille pur olive, qui n’est pas du tout du tout simple à trouver. Du coup, j’achète chez Alepia, qui est l’une des très rares marques à proposer ce savon 100% huile d’olive, qui propose du savon de Marseille et du savon d’Alep et qui a en plus un service client très agréable et réactif.
    Ce que vous dites sur l’huile de palme est tout à fait juste, cependant tant qu’on en fait une utilisation excessive dans l’alimentaire, je me dis que les endroits où je peux choisir de ne pas en utiliser, c’est toujours ça de gagné. Cependant oui, l’huile de palme est utilisée traditionnellement par les savonniers depuis longtemps.
    Quant à l’huile de coprah, perso je ne suis pas vraiment attachée au pouvoir moussant du savon de Marseille, puisque j’en ai toujours connu étant enfant et qu’il ne moussait pas.

    En tout cas, cet article récapitule bien les informations, est très clair et précis, encore merci.

    Pour moi il y a un dernier critère dans mon choix de savon de Marseille, c’est l’odeur. Je ne sais pas si ça vient de la technique de saponification, de cuisson, des huiles utilisées, bref, quel est le paramètre qui change, mais au tout début j’ai commandé mon savon de Marseille chez le Fer à Cheval, et je détestais son odeur, moi qui suis pourtant habituée à ce savon depuis l’enfance. Celui d’Alepia, en revanche, ne m’a pas du tout posé ce problème, il sent juste le savon de Marseille comme je l’aime. Je ne m’explique pas cette différence, mais elle m’a aidée à m’orienter vers cette marque.

    • Anaelle Auteur de l’articleRépondre

      Merci pour ce partage et toutes ces explications ! En effet le savon de Marseille 100 % olive est dur à trouver, hormis Alepia il y a Théophile Berton mais sinon je n’en ai pas vu… Après il y a les savons 100 % olive mais qui ne sont pas de Marseille, bref c’est un peu un casse-tête !

  3. Christelle P Répondre

    Votre article est très intéressant, juste un petit plus que vous auriez pu précisé c’est que l’on peut commander en ligne directement dans les savonneries à Marseille pour ma part je cde au Fer à cheval et là on est sûr des produits
    Merci en tout cas pour votre article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *