Où faire ses courses pour favoriser les circuits courts et/ou responsables ?

Où faire ses courses pour favoriser les circuits courts et/ou responsables ?

où faire ses courses circuits courts
❤ Partager cet article :
  • 46
    Partages

Supermarché, marché, magasin bio… Ces options ne vous plaisent pas ou ne vous sont pas accessibles. Où faire ses courses, dans ce cas ?

Chaque jour, des alternatives au supermarché, plus humaines et plus locales, se créent ou se recréent. Car la vente en direct ou en circuit court, les paniers bio/paysans ou le vrac ne sont pas des inventions récentes : c’est plutôt une redécouverte de modes de consommation plus lents et plus sensés. Le numérique a redistribué les cartes en offrant et en facilitant la mise en place de ces alternatives. Alors, où faire ses courses en dehors des supermarchés, marchés et magasins bio ?

Vous aimerez aussi :

Où faire ses courses : petit guide des lieux de consommation alternatifs

Après des années d’expérimentations (et parfois d’errances), j’ai une bonne vision des options qui s’offrent au consommateur phobique des linéaires et des néons. Voici mon petit guide des alternatives locales / zéro déchet / saines / durables… Et parfois tout ça à la fois.

Pour aller plus vite, vous pouvez cliquer directement sur le lien qui vous intéresse :

Les AMAP

On ne présente plus les stars du circuit court, j’ai nommé les Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. Ah, si ? Quelques explications s’imposent, alors.

Qu’est-ce qu’une AMAP ? C’est un regroupement de consommateurs qui s’entendent avec un ou plusieurs producteurs pour acheter régulièrement (une fois par semaine, par exemple) un « panier » de produits dont le contenu évolue au fil des saisons. Fruits et légumes frais, fromage, œufs, viande, miel… Ça varie selon les associations.

amap circuits courts

La production n’est pas forcément bio, mais souvent au moins en agriculture raisonnée. Toutes les semaines, les producteurs livrent l’AMAP qui organise (bénévolement) la collecte des paniers. Les consommateurs s’engagent généralement par contrat sur une saison ou une année et règlent la somme à l’avance. Ils sont solidaires des producteurs en cas de mauvaise récolte due aux aléas du climat.

  • Les avantages : Des produits de qualité à petits prix, une rémunération juste pour le producteur, pas d’intermédiaire, une saisonnalité respectée, possibilité de rencontrer un voisin mignon.
  • Les inconvénients : Un véritable engagement, des créneaux de distribution fixes, pas de souplesse si absence ou départ en vacances (à moins que vous ne donniez votre panier au voisin mignon).

La Ruche Qui Dit Oui !

Distribution des commandes dans une Ruche

On ne peut plus parler d’AMAP sans évoquer LRQDO. Je n’entrerai pas dans un long débat pour ou contre la Ruche, déjà fait et refait ailleurs.

Comme souvent avec ce type d’alternatives, LRQDO ne relève pas exactement du circuit court. Il y a 2 intermédiaires, qui sont :

  • la maison mère (Equanum, qui se rémunère 8,35% sur chaque vente) ;
  • l’entrepreneur local responsable de la Ruche (souvent en statut auto-entrepreneur, qui se rémunère lui aussi 8,35%).

Ça n’a rien de mal en soi, mais il faut le savoir. Pour beaucoup de producteurs, la ruche est un débouché supplémentaire et bienvenu.

la ruche circuits courts bordeaux

Le principe : le consommateur s’inscrit dans la Ruche la plus proche de chez lui. Il a la possibilité chaque semaine de commander les produits de son choix sur Internet. Il vient ensuite les chercher aux heures de distribution.

  • Les avantages : Des produits locaux de qualité, une rémunération correcte du producteur, la liberté d’acheter ou non chaque semaine.
  • Les inconvénients : Des produits chers, l’utilisation de l’appellation « circuit court » est un peu abusive.

Si vous voulez en savoir plus, lisez l’article de Reporterre qui explique très bien les différences entre AMAP et ruches.

Les systèmes de paniers locaux

paniers bio locaux

Profitant de la sexyness retrouvée du local, de nombreux systèmes de distribution de paniers bio et/ou paysans se sont développés. Le site Mon Panier Bio en référence beaucoup (car il y en a bien trop pour vous en faire une liste exhaustive.) Comment choisir son panier de fruits et légumes bio, dans ce cas ? Quelques conseils :

  • vérifiez la provenance des produits (locaux ou importés ?) ;
  • assurez-vous d’être disponible aux horaires de distribution ;
  • cherchez des garanties sur la qualité (bio ? raisonné ?) ;
  • faites attention aux prix : une astuce fréquente est de proposer les fruits ou légumes par bottes, barquettes, ou unités de 500g, pour gonfler les prix au kilo.

Globalement, ces systèmes sont assez chers, mais si vous dénichez la perle rare près de chez vous, foncez ! (Et envoyez-moi l’adresse 😉 )

La vente directe à la ferme et le drive fermier

vente directe à la ferme

Pour tous ceux qui ont une ferme près de chez eux, la vente directe à la ferme est un super moyen de se procurer de bons produits.

Le réseau Bienvenue à la Ferme appartient aux Chambres d’agriculture. Le drive fermier qui est lié à ce réseau est porté par une SARL indépendante. Elle prélève une commission de 15% pour assurer son fonctionnement et développer de nouveaux points de retrait (mais pas pour faire des bénéfices.)

J’aime beaucoup cette initiative, qui met en contact producteurs et consommateurs. Un intermédiaire est nécessaire pour la coordination, mais celui-ci n’a pas de but lucratif (contrairement à La Ruche).

vente directe produits fermiers

On commande en début de semaine (fruits, légumes, viandes, pains, fromages, œufs…) et on vient récupérer ses achats avant le weekend. Les produits ne sont pas forcément bio mais au moins raisonnés, la qualité est au rendez-vous, pour un prix modique et c’est indéniablement local !

  • Les avantages : Des produits fermiers locaux, la rémunération juste de producteurs proches, la liberté d’acheter ou non chaque semaine, des prix très intéressants.
  • Les inconvénients : Pas beaucoup de choix en bio, pas tout à fait de la vente directe.

Les épiceries sans emballage / Le vrac

épicerie vrac zéro déchet bordeaux
Fruits séchés au Day by Day, chaîne française d’épicerie en vrac

La vague zéro déchet n’est pas qu’une lubie de blogueuse : elle touche de plus en plus de consommateurs. D’ailleurs, faire ses courses en vrac n’a rien de révolutionnaire en soi : ce n’est ni plus ni moins que ce que faisaient nos grands-parents.

Le principe : on vient avec ses propres contenants (bocaux, sacs en tissu, boîtes…), qu’on pèse au préalable. (Rassurez-vous, si vous n’avez pas de contenant avec vous, vous pourrez utiliser de petits sacs en papier kraft.) Ensuite, on se sert tout ce qu‘on veut : céréales, légumes secs, huiles, boissons, thés, savons, chocolat, friandises… (J’ai même vu des Schtroumpfs au Day by Day. Ahem.) Idéal, si comme moi vous êtes un gros flemmard qui détestez sortir les poubelles. C’est souvent moins cher que les magasins bio. Mais par précaution, regardez toujours les prix au kilo 😉

Pour le transport, il est aujourd’hui très facile de se procurer de petits pochons légers, voire de confectionner soi-même ses sacs à vrac. Le zéro déchet demande un peu d’organisation au départ, mais une fois pris le pli, c’est finalement assez facile.

  • Les avantages : réduction des déchets, large choix de produits, prix intéressants.
  • Les inconvénients : pas toujours bio ni local, pas en circuit court.

Les magasins de producteurs

où faire ses courses magasin de producteurs

La vente directe de produits fermiers se (re)développe sous une multitude de formes. Les magasins de producteurs sont des regroupements de paysans, qui s’organisent pour vendre en direct leurs produits dans une enseigne qu’ils tiennent à tour de rôle. Le site Magasins de Producteurs les référence.

  • Les avantages : produits ultra-frais et locaux, rémunération juste des paysans, circuit court, lien direct avec le producteur, prix intéressants.
  • Les inconvénients : pas toujours bio, et sinon je ne vois pas, hormis qu’il n’y en a pas assez…

Mon lieu de consommation alternatif : le supermarché coopératif !

Et moi, dans tout ça ? Comme je vous l’ai déjà dit, j’ai rejoint le supermarché coopératif et participatif Supercoop, qui a ouvert à Bordeaux en 2018. J’y fais la quasi-totalité de mes courses, en soutenant un projet qui me tient énormément à cœur.

Bref, vous l’aurez compris, où que vous habitiez et quels que soient vos critères, il est très probable que l’un de ces lieux de consommation alternatifs vous soit accessible et vous convienne.

La famille sans supermarché : LE guide de la consommation alternative

Edit du 12/03/2019 : Je viens de terminer le livre La famille sans supermarché de Chloé Landriot, un guide des lieux de consommation alternative très complet et très documenté, en plus d’être joliment illustré. Une lecture indispensable si consommer un maximum en circuit court et zéro déchet vous intéresse !

la famille sans supermarché consommation alternative

Quoi qu’il en soit, pour savoir où faire ses courses en dehors des supermarchés, n’oubliez jamais de :

  • comprendre le fonctionnement de la structure ;
  • connaître la qualité des produits ;
  • vérifier les prix au kilo.

Et si ça matche vos critères, alors GO !


❤ Partager cet article :
  • 46
    Partages
Anaelle
Blogueuse engagée. Écologie, société et autodérision.

4 Responses

  1. Olesya dit :

    Merci de votre réponse,
    J’ai visité tous les sites que vous avez proposé (surtout les amap) et aucun ne me convenait vraiment… car très peu de choix en produits bio par rapport aux non bio et parfois des produits venant de l’Italie ou d’autres pays… en fouinant un peu sur le web je suis tombée sur ce site :
    http://www.lebiaujardin.org/index.php
    Tous leurs produits sont certifiés nature et progrès (la meilleure certification pour ma part ) puis surtout locale ^-^.

    • Anaelle dit :

      Hé oui mais local, ça dépend évidemment d’où on habite ! Il n’y a pas de solution parfaite, tout dépend de vos critères. Contente que vous ayez trouvé chaussure à votre pied 😉

  2. Olesya dit :

    Juste une question le supermarché participatif propose des produits bio et locaux de saison ou on retrouve les mêmes produits bio de grande surface mais en moins chère ?

    • Anaelle dit :

      Si vous parlez de Supercoop, les produits sont sélectionnés sur des critères de qualité. Certains sont également vendus en supermarché (les produits Léa Nature par exemple) mais ce n’est pas la majorité. D’autres ne sont pas labellisés bio mais n’en sont pas moins d’excellents produits. Les bénévoles prennent le temps de rencontrer les producteurs pour choisir des produits de qualité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez la révolution des tortues !Et faites votre transition écologique sans pression ni jugement. OKLM, quoi.

Chaque semaine, recevez des infos et des conseils pour intégrer facilement l'écologie à votre quotidien.

Attention : non seulement cette newsletter est utile, mais en plus, elle est drôle.