Où acheter des vêtements éthiques, écologiques et abordables ?

Temps de lecture : 8 minutes

Tout au long de l’année, nous ne cessons de recevoir des messages annonçant des promotions, des ventes privées, des soldes, des liquidations totales… La première chose à faire pour ne pas céder aux sirènes de l’achat-réflexe, c’est d’éviter toutes les tentations : déserter les magasins, les e-shop, et se désabonner de toutes les newsletters shopping (pour vous y aider : Cleanfox 🦊).

Vient ensuite le temps des questions : mais au fait, que sais-je de ce que j’achète ? Pas grand-chose. Certes, les conditions de fabrication ne sont pas décrites sur l’étiquette… Mais reste qu’on peut s’informer aujourd’hui, et ce n’est pas joli-joli. Alors, que faire pour s’habiller (un peu plus) éco-responsable ? Quelles sont les marques respectueuses de l’environnement et de l’humain ?

 

Le coût environnemental et social de la mode

Nous sommes de plus en plus conscients des ravages causés par la fast fashion. En 2012, Greenpeace a publié un rapport sur les dessous toxiques de la mode et mené une grosse campagne contre l’utilisation de produits néfastes (polluants, perturbateurs endocriniens…) par l’industrie du prêt-à-porter. Certaines grandes marques ont relevé le Défi Détox lancé par l’ONG, tandis que d’autres persistent et signent : RÀF de nous empoisonner !

Tous les ans (et particulièrement au moment des soldes ou du Black Friday), Greenpeace rappelle les dégâts environnementaux et sociaux causés par la surconsommation de vêtements. Nous achetons bien plus de fringues que nous ne pouvons en porter, et les enseignes en sortent bien plus que nous ne pouvons en acheter. Sans compter que peu de vêtements sont recyclés : bref, une véritable économie du prêt-à-jeter.

Cette surconsommation vient accroître les émissions de gaz à effet de serre, les rejets de substances polluantes dans les eaux et les sols, l’utilisation d’énergie et d’eau potable, et cautionne les conditions de travail cauchemardesques infligées aux ouvriers des pays en développement. On entend parler de tout ça, mais c’est comme pour l’élevage industriel : il suffit de fermer les yeux ! Ou bien de visionner des documentaires édifiants…

The True Cost, disponible sur Netflix

C’est quoi, la mode éco-responsable ?

Pour qu’un vêtement soit éthique et écologique, il y a deux éléments importants.

D’un côté, il y a la démarche du consommateur. Depuis quelques années, j’ai abandonné la “fast fashion” pour des achats plus raisonnés de vêtements – même si j’ai encore une belle marge de progression – et honnêtement, je me sens mieux. C’est fou, l’énergie qu’on peut dépenser chaque matin, à se dire “il faudrait que je fasse le tri dans cette armoire”.

De l’autre côté, il y a bien sûr ce que nous proposent les marques. Quels processus et lieux de fabrication, quelles matières premières, quelle fréquence de renouvellement des collections ?

Il est souvent difficile de tous les cocher, mais voici les principaux critères d’un vêtement éco-responsable :

Une matière textile écologique

D’après Manon d’Happy New Green 💚, les matières à privilégier sont :

  • le lyocell ou tencel (fibre synthétique, mais issue de la pulpe d’eucalyptus, dont la transformation nécessite peu d’eau et pas d’intrants chimiques)
  • le coton bio (qui consomme moins d’eau que le coton conventionnel),
  • le lin (pour un total-look BHL)
  • la laine (sous réserve de bonnes conditions d’élevage, difficile à vérifier…)
  • le chanvre (ouais le chanvre)

À l’inverse, évitez le polyester, le polyamide, la viscose, l’acrylique, l’acétate et l’élasthane, tous fabriqués à l’aide de produits chimiques toxiques.

Des traitements chimiques raisonnés et une économie de ressources

Un vêtement éthique et écologique n’est évidemment pas imbibé de substances néfastes comme certaines teintures ou enduits. Il n’en utilise pas non plus pour son délavage.

Pour se repérer, il existe des labels comme GOTS – Global Organic Textile Standard qui certifie l’origine biologique des tissus et le respect de critères sociaux au cours de leur fabrication, ou Oeko-Tex qui garantit des textiles sans substances néfastes pour l’Homme ou l’environnement.

Le processus de fabrication du vêtement est également économe en ressources : eau, énergie, etc. Je ne vous fais pas le couplet sur le gaspillage d’eau pour produire un vêtement ?

Le “pull du futur” par Hopaal : un nouveau vêtement fabriqué à partir de pulls recyclés.

De bonnes conditions de fabrication

Enfin, un vêtement éco-responsable est cousu à proximité de son point de vente (en France c’est l’idéal, en Europe, c’est déjà pas mal…) ET dans de bonnes conditions pour les ouvriers (qui ne peuvent donc pas être des enfants).

Le label de la World Fair Trade Organization est un bon repère pour s’assurer de cette fabrication éthique.

Bon, ça fait pas mal de critères à matcher tout ça : vous comprenez mieux pourquoi j’ai commencé par vous parler de rationaliser sa consommation de vêtements ! 

Pourquoi les vêtements éthiques et biologiques sont-ils si chers ?

S’habiller éco-responsable, c’est non seulement fastidieux, mais aussi souvent très coûteux. Payer plus cher que chez Zara ou H&M, d’accord, mais quand je vois les étiquettes chez Ekyog ou Skunkfunk (dont l’engagement est honorable, soit dit en passant 😘), je suis formelle : non, tout le monde ne peut pas se payer des vêtements éthiques et écologiques à ce prix-là.

Forcément, je me suis posée cette question : les marques de mode responsable se font-elle du blé (bio) sur notre dos ? Dans son génial article “Le prix des choses”, la blogueuse Coline détaille la répartition du prix de vente d’un vêtement éthique. Ainsi, sur un sweat vendu 65€, la marque citée ne gagne par exemple qu’une quinzaine d’euros. Vu comme ça… Je ne me sens pas prise pour un dindon 🦃. (Et ça me met toujours dans de meilleures dispositions pour acheter, le sentiment qu’on ne me prend pas pour un dindon.)

Bref, s’il me paraît évident de faire un effort sur le prix, reste que je ne peux / veux pas mettre 150 ou 200 euros dans une robe ou un jean. Et je ne parle même pas des pseudo “basiques” informes et pas forcément de qualité vendus à ce prix-là.

Tiens, parlons-en de la qualité : un truc rare, qu’un coût élevé ne garantit même pas. J’ai eu quelques expériences décevantes avec des marques pourtant “confectionnées avec amour” : vêtements qui se déforment ou rétrécissent au premier lavage (à froid), finitions de merde, fils qui pendent, coutures qui craquent… Quand je viens de craquer ma tirelire pour une robe à 100 euros, ça me donne juste envie d’aller foutre le feu à l’enseigne.

Alors, pour moi-même et pour ce blog (donc pour vous – coeur avec les doigts -), je me suis penchée sur le sujet :

Quelles sont les marques de mode éco-responsable et néanmoins abordable ? Où acheter des vêtements éthiques et écologiques sans y laisser un SMIC ?

(Oui je suis très portée sur la rime en ce moment.)

Shopping responsable : premier réflexe, la seconde main !

J’en parle en premier, et non en dernier sur le mode “pensez-y…” en fin d’article, car c’est vraiment une autre manière de s’habiller.

Une occasion se profile et j’ai besoin envie d’une nouvelle robe. Je n’ai pas forcément un gros budget, et conscience que je ne la remettrai pas très souvent. Avant de courir les boutiques et de prendre le risque de tuer quelqu’un (j’ai un peu mal avec la foule)… Je cherche mon bonheur sur les sites de vente de vêtements d’occasion

Videdressing et Vinted permettent par exemple de s’offrir une robe SessunEkyog ou ce que voulez, parfois comme neuve, à un prix nettement inférieur à ce qu’elle coûte en magasin. 

Quand on est fan de certaines marques et qu’on connaît bien les modèles, il suffit d’un peu de patience pour les voir apparaître sur la plateforme à prix modiques. Ça marche aussi quand on sait exactement ce qu’on veut, grâce aux filtres qui permettent de cibler la recherche.

Les friperies et dépôts-ventes proposent aussi des vêtements d’occasion, mais beaucoup jouent sur la mode du vintage pour gonfler les prix… 

Vous pouvez vous rendre dans une boutique du réseau Emmaüs, visiter leur e-shop, ou aller dans les magasins AMOS (créés par le Secours Catholique et l’Entraide protestante de Bordeaux).

Quelques marques éco-responsables et abordables

Je vous le promets depuis le début de l’article : mon annuaire des marques de vêtements éthiques, écologiques et abordables ! 👗

Ah, j’anticipe : OUI c’est plus cher que Kiabi, mais NON, ce n’est pas excessif (à condition de ne plus acheter de vêtements à longueur de semaines 😉)

1) Ma préférée : Armedangels

Si je ne devais en citer qu’une, ce serait celle-ci !

Je suis immensément fan des vêtements Armedangels, dont les modèles sont souvent très jolis, et toujours bien coupés. L’entreprise est basée à Cologne : c’est dire si c’est de la Deutsche Qualität les amis ! Leurs vêtements (homme et femme) sont fabriqués le plus souvent à partir de coton bio ou de tencel, ils pratiquent le commerce équitable et sont attentifs à leur processus de production. Bref, pour une fois, on est carrément chauds pour que les Allemands nous envahissent.

Où trouver Armedangels ? Sur plein de e-shops : KlowEco-SapiensPlanet Sports

2) La pionnière : People Tree

People Tree est une marque british de mode éco-responsable, active depuis plus de 25 ans. Ils sont très engagés dans le commerce équitable, en plus de proposer des modèles en coton biologique ou en Tencel.

Où trouver People Tree ? Sur leur e-shop ou sur Asos.

3) La masculine : Loom

J’ai déjà parlé de Loom dans mon article sur les cadeaux de Noël. J’adore la démarche de cette marque qui produit de beaux basiques à des prix raisonnables (compte tenu de la qualité). Leurs vêtements sont conçus pour durer, pas pour être jetés la saison suivante : tee-shirt, chino, pull, accessoires… Les modèles ont un petit côté intemporel qui me plaît bien.

Où trouver Loom ? Sur leur e-shop.

4) Des progrès mais peut mieux faire

Certaines marques font des efforts sur une partie de leur collection, comme :

  • Bonobo avec la gamme “Instinct” : ce n’est pas la révolution, mais c’est un effort. La marque propose des vêtements intégrant 30% de fibres recyclées issues de vieux jeans (pour le coton) ou de bouteilles en plastique (pour le polyester). Certains modèles sont en coton bio.
  • Vero Moda et sa collection “Aware” : la marque danoise fabrique quelques uns de ces vêtements à partir de fibres naturelles ou de fibres synthétiques recyclées (intégralement ou partiellement).

Pour autant, je ne crois pas que leurs conditions de fabrication soient exemplaires. (Si ces marques veulent me contredire qu’elles m’écrivent !) Idem pour H&M et la série “Conscious” de vêtements en coton bio.

 
Chino homme Bonobo Instinct, sur La Redoute

Beaucoup d’autres enseignes proposent ponctuellement des modèles intéressants, au moins au niveau des matières textiles (lyocell, coton bio) : Mango, Esprit, Monoprix, Only… Si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à me les signaler 😉

Vous pouvez aussi jeter un oeil à la sélection éco-friendly d’Asos, même si ça manque parfois d’explications sur ce qui fait le caractère écologique ou éthique des vêtements choisis. Idem, si vous en savez plus, dites-moi tout !

6) Plus cher, mais très engagé pour une mode durable

Pour ceux qui ont plus de moyens, voici quelques marques plus chères, connues pour leur engagement pour une mode éco-responsable :

La liste est évidemment non exhaustive !

Côté e-shop multimarques et spécialisés, allez voir chez Dressing Responsable, ou chez Modetic.

Le site Eco-Sapiens référence également les vêtements répondant aux critères de mode écologique et éthique.

Plus spécialisé et plus pointu, le site SloWeAre est une mine d’informations sur la mode éco-responsable, à lire sans modération. Il propose notamment un annuaire de créateurs et de boutiques physiques ou en ligne qui oeuvrent pour diminuer l’empreinte environnementale de nos vêtements.

Où acheter des vêtements durables à Bordeaux ?

Aurélie du blog Pourquoi Bordeaux a commencé un annuaire des boutiques de mode éco-responsable à Bordeaux. Le si

Mes coups de coeur parmi celles-ci :

  • Ex-Aequo, rue des Bahutiers : on y trouve du Armedangels ! 💚
  • Do you speak français ? rue Notre-Dame, qui vend les Petites jupes de Prune, la Gentle Factory, Fils de Butte (mais aussi Lamazuna, Clémence et Vivien…)
  • Labl, une jolie échoppe rue de Cheverus qui travaille avec une poignée de créateurs dont Minuit sur Terre, les chaussures en cuir végane.
  • Trafic, rue du Loup : dépôt-vente de vêtements actuels à des prix sympa.

J’espère que cet article vous aura donné envie de modérer vos pulsions shopping et de les orienter vers une mode plus éco-responsable. S’il vous a plu, je lui ferai peut-être un petit frère sur les accessoires et chaussures 😉 Tenez-moi au jus !

  • 109
    Partages

7 commentaires

  1. Sandy Répondre

    Hey merci pour cet article à la fois plein d’humour et très clair pour me mener sur la voie d’un dressing plus responsable !

  2. Patricia Biasetti Répondre

    Coucou anaelle et merci pour cet article qui m’oriente un peu dans le début de mes recherches pour u’ dressing responsable et éthique. Je cherche également des vêtements avec une traçabilité sur les teintures employées. Si tu as des infos…
    Merci encore
    Cordialement
    Patricia

    • Anaelle Auteur de l’articleRépondre

      Bonjour Patricia ! Pour la teinture tu as les standards OEKO-TEX ou GOTS. Bonne recherche !

  3. Ping : Slow fashion : et si on s'habillait éthique et responsable ?

  4. Laure Répondre

    Merci pour cet article très complet et utile ! Je serais effectivement preneuse d’avoir la même chose pour les chaussures, le casse-tête étant difficile à résoudre lorsque l’on souhaite faire attention à ce qu’on achète…

    En tout cas ton blog est super, très bonne continuation pour la suite ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *