Bien s’équiper pour réduire ses déchets dans la cuisine

réduire ses déchets cuisine
Temps de lecture : 8 minutes

Je rentre de vacances telle un Père Noël australien, chaussée de tongs mais la hotte pleine de cadeaux : vous allez voir ce que vous allez voir.

En septembre, mois des bonnes résolutions, peut-être avez vous décidé de réduire votre production de déchets. Ou peut-être pas. Dans tous les cas, j’inaugure avec cet article un partenariat avec le très chouette e-shop Dream Act dédié à la consommation responsable : -10 % sur tous vos achats sur le site, avec le code TORTUE NINJA !

L’occasion d’aborder un sujet qui me tient à cœur – la cuisine zéro déchet (ou presque) – et de glaner quelques idées pour diminuer vos déchets. Alors, comment mettre sa poubelle de cuisine au régime ? Suivez le guide 😉

Une cuisine zéro déchet… Ou au moins s’en approcher !

J’aime bien la notion de zéro déchet, parce qu’elle est radicale. Mais aussi un peu décourageante, quelque part. Car entre les emballages alimentaires plus ou moins utiles, les épluchures de légumes et autres déchets d’origine animale, les couverts en plastique… La poubelle de cuisine déborde vite, très vite. Et le zéro déchet paraît loin, très loin.

Et si on commençait déjà par réduire nos déchets, en éliminant ceux qu’on peut facilement éviter ?

Bannir la vaisselle jetable et autres objets à usage unique

pollution plastique et objets à usage unique
Il serait peut-être temps d’arrêter, non ?

Premier réflexe à adopter : dire adieu aux objets à usage unique, comme la vaisselle et les contenants jetables, les pailles et touillettes en plastique, ainsi que les serviettes en papier. Je sais que c’est bien pratique quand on reçoit beaucoup de monde ou quand on part en pique-nique / randonnée, mais c’est pourtant la première chose à éliminer. D’ailleurs, c’est tellement évident que même l’Assemblée Nationale s’est emparée du sujet 😂

L’alternative ? Utilisez autant que possible de la vaisselle classique et des serviettes en tissu, tout simplement ! Si vraiment vous ne pouvez pas, essayez :

  • Les kits de vaisselle biodégradable : notez toutefois que c’est cher, et qu’une utilisation unique n’est pas vraiment idéale…
  • Les couverts en bambou : en principe, ils sont jetables mais si vous en prenez soin, ils devraient durer un peu !
  • Les assiettes en inox : légères et incassables, elle sont un bon investissement !

Ah, j’ai failli oublier : si vous ne pouvez pas vous passer des pailles, délaissez le plastique (bientôt interdit) ou même le carton (sauf si vous aimez avaler de petits bouts mouillés, chacun son truc) et optez pour des pailles en inox qui vont vous durer une éternité. Ou bien passez-vous de paille dans vos jus et cocktails. Il paraît que c’est à cause de ça qu’on finit bourrés.

Arrêter d’acheter de l’eau en bouteille

Un autre objet à usage unique emblématique : la bouteille en plastique ! Acheter de l’eau en bouteille est une aberration dans notre pays où celle du réseau est potable ! Surtout quand de nombreuses marques (Evian, San Pellegrino…) sont pointées du doigt pour la présence de particules de plastique dans leurs eaux. Non, ce contenant n’est pas sûr, car le plastique se dégrade et les particules migrent dans les boissons et aliments : mieux vaut l’éviter pour préserver aussi bien sa santé que l’environnement.

Mais que faire si vous ne supportez pas le goût de l’eau du robinet ? Depuis plusieurs années, j’utilise les perles de céramique des Verts Moutons : je ne sais pas si elles « purifient » l’eau comme elles le prétendent, mais en tout cas, elles atténuent fortement le goût de chlore qu’on peut ressentir parfois. Et c’est beaucoup moins cher que d’acheter une carafe filtrante !

perles céramique verts moutons

Réinstaurer le torchon et passer à l’essuie-tout lavable

Pour essuyer un liquide, on a souvent le réflexe sopalin. Pourtant, quand on y pense, c’est un peu stupide : les torchons et les essuie-tout lavables jouent parfaitement ce rôle, sans gaspillage de papier.

Si vous savez/aimez coudre, vous pouvez certainement fabriquer vous-mêmes vos essuies-tout. Sinon, vous en trouverez sur Dream Act ou sur ma sélection Etsy pour une cuisine zéro déchet.

Emballer et conserver les aliments durablement

bee's wrap emballage alimentaire réutilisable
Bee’s wrap Embal’Vert et cire pour fabriquer soi-même ses emballages réutilisables

Côté emballages, comment se passer de film alimentaire en plastique ou de papier aluminium ? Plusieurs alternatives pour la bonne conservation des aliments :

  • Les couvre-plats en tissu : parfaits pour recouvrir ces assiettes ou bols de restes, ce fond de pâte dans la casserole… En attendant qu’un animal pris d’une petite faim en pleine nuit ne vienne leur faire un sort 😉
  • Les bee’s wrap ou emballages alimentaires réutilisables : fabriqués en tissu et cire d’abeille, ils conservent toutes sortes d’aliments : sandwichs, fromage, charcuterie, fruits ou légumes coupés (sauf l’ananas, à ce qu’il paraît !) À éviter également pour la viande crue. Vous en trouverez plein auprès de petits créateurs sur Etsy ou ailleurs en ligne. Les miens viennent de chez Embal’Vert. Sinon, vous pouvez les fabriquer vous-même (il vous suffit d’un morceau de tissu et de cire d’abeille) en suivant le tuto DIY de Banana Pancakes.

Pour des usages plus spécifiques, en fonction de vos habitudes, vous pourriez aussi être intéressés par :

  • Les sacs à sandwich / à crudités / etc. pour la conservation des herbes aromatiques et légumes fragiles dans le frigo, ou pour les repas hors de la maison ;
  • Le sac à tarte : vous savez, quand la quiche sort juste du four et que vous êtes en retard, très en retard pour la soirée, et que vous insultez votre moitié qui vous regarde emmailloter le plat dans 7 mètres de papier alu pour le transporter sans vous brûler ? Avec cet ingénieux système, c’est fini 😉
sac à sandwich zéro déchet
Sac à sandwich et sac à tarte Alterosac, disponibles chez Dream Act
sac à tarte zéro déchet
J’étais tellement contente que du coup j’ai fait une tarte, juste pour tester.
  • Le sac à pain : pour transporter et stocker le pain, cet étui en tissu est idéal pour éviter l’utilisation de papier. Car même si le petit sac est recyclable, c’est quand même beaucoup d’énergie dépensée (production, collecte, recyclage) pour un papier qui ne servira que quelques instants !
  • Les filtres à thé ou filtres à café lavables : même si ceux-ci sont en général biodégradables, cette solution peut être intéressante si vous en utilisez souvent !

Réduire ses déchets… En plus généralement le plastique !

Une démarche zéro déchet implique aussi de réduire progressivement la présence de plastique dans sa cuisine, et ce pour plusieurs raisons :

  • Il est fabriqué à partir d’une ressource non-renouvelable (le pétrole) dont l’extraction pollue énormément. Et un jour il n’y en aura plus : autant s’habituer !
  • Son recyclage n’est pas si facile, comme l’a montré l’émission Cash Investigation dernièrement. Quand le plastique est recyclé, il peut contenir des substances dangereuses comme des retardateurs de flamme bromés incorporés dans les produits.
  • Le plastique ne doit pas entrer en contact avec des aliments chauds, car certaines particules pourraient alors migrer vers votre nourriture. Ce qui veut dire qu’on ne met jamais de contenant en plastique au micro-ondes !

Mais, mais… Quelles alternatives à ce matériau qui est quand même bien pratique ? En cuisine, l’inox et le verre seront vos plus précieux alliés. Mais pas que.

Pour faire ses courses, on passe au vrac

sacs à vrac zéro déchet
Sacs à vrac Alterosac, sur Dream Act

Non, il n’y a pas que des scoops dans cet article : pour réduire ses déchets en cuisine, le mieux c’est de ne pas en ramener chez soi. Aussi, chaque fois que c’est possible, on privilégie le vrac (en épicerie sans emballage, magasin classique ou au marché). Et on ramène ses achats dans de jolis sacs à vrac comme ceux d’Alterosac ou Agathe My Bag. Sinon, les petites mains habiles pourront facilement les fabriquer !

Pour les aliments plus fragiles (fromages, viandes, liquides…) on peut amener ses contenants hermétiques. Si les commerçants risquent d’être surpris par votre démarche, n’ayez pas honte, gardez le sourire et soyez patient / compréhensif ! Vous bousculez leurs habitudes, c’est normal que certains soient interpellés.

Pour tout le reste, il n’y a pas Eurocard Mastercard, mais les emballages recyclables ou biodégradables. Essayez de privilégier ceux-là.

Conserver dans des bocaux en verre et des boîtes en inox

Vous êtes probablement déjà bien équipé en tupperware et autres boîtes en plastique. N’en achetez plus ! « Finissez » celles que vous avez (en prenant soin de ne pas les chauffer) et pour la suite, misez sur les bocaux !

Il est très facile d’en récupérer gratuitement ou pour très peu cher (Emmaüs, Le Bon Coin…) En grande amatrice de compote de pommes, j’ai constitué la quasi-totalité de ma réserve de bocaux grâce aux pots grands formats que j’ai acheté. Une fois nettoyés, ils sont parfaits pour stocker le riz, les pâtes, les lentilles, les oléagineux, les graines… Et protéger ces denrées des mites, des souris ou de tout autre visiteur indésirable.

bocaux cuisine zéro déchet
Marche aussi pour le café, donc.

Vous pouvez aussi opter pour des boîtes alimentaires en inox ou en verre, un peu chères à l’achat mais qui devraient vous durer très longtemps si vous en prenez soin. Attention, le couvercle de ces boîtes est souvent en plastique…

Faire sa vaisselle en mode zéro déchet

Si vous faites partie des malchanceux qui doivent se coltiner la vaisselle à la main (je compatis, je viens tout juste de passer de l’autre côté en trouvant un lave-vaisselle d’occasion sur Back Market), voici quelques idées pour laver vos ustensiles de manière écologique – et économique !

Troquer les éponges jetables pour les éponges lavables ou biodégradables

Pour se passer des éponges biface qui s’émiettent entre nos mains et dans les canalisations, il existe plusieurs sortes d’éponges lavables :

  • Les Tawashi : venues du Japon, ces éponges se tricotent, ou bien se fabriquent en tissant entre eux des lanières de vieux tee-shirts ou de vieux collants (les préférer épais). C’est très facile à faire : suivez le tuto ! Lorsqu’elles sont trop sales, on les met en machine et on repart pour un tour. À compléter par un grattoir en cuivre ou inox car une tawashi ne suffira pas à décoller les saletés incrustées. Certains suggèrent d’utiliser des coquilles d’œufs broyées, mais je trouve que ça fait beaucoup d’emmerdes pour pas grand-chose.
  • Les Luffa / loofah : ces drôles d’éponges naturelles sont fabriquées à partir d’une courge ! Totalement biodégradables, elles sont souples et délicatement abrasives, faciles à utiliser et entretenir. C’est ma solution préférée. En revanche, elle n’est pas absorbante et ne convient pas pour nettoyer une table ou des plaques de cuisson.
  • La brosse vaisselle à tête rechargeable : un manche en bois, des poils en fibre d’agave et une tête remplaçable quand elle est trop abîmée ! Écologique, pratique et efficace.
kit vaisselle à la main zéro déchet
Kit vaisselle à la main Ozetik, tawashi tricotée par mamie Odette et reste d’une éponge luffa

Préférer le savon de Marseille au produit vaisselle

Oubliez le produit vaisselle à la composition souvent douteuse, et préférez un bon vieux bloc de savon de Marseille !

Comment bien choisir son savon ? Lisez mon article pour trouver un vrai savon de Marseille.

C’est une solution très économique et parfaitement efficace. D’ailleurs, Ozetik propose un « kit vaisselle à la main » sur Dream Act pour s’orienter vers le zéro déchet.

Fabriquer sa poudre pour le lave-vaisselle

Pour les heureux détenteurs d’un lave-vaisselle, on peut très facilement fabriquer sa poudre nettoyante en mélangeant la même quantité de bicarbonate de soude, d’acide citrique et de cristaux de soude. N’hésitez pas : ces produits polyvalents ont plein d’autres utilisations (contrairement aux tablettes qui ne servent pas à grand-chose au fond de la cuvette des WC).

Pour revenir à notre vaisselle sale, on verse une cuillère à soupe dans le réservoir de la machine et hop ! Économique, écologique et zéro déchet.

Pour aller plus loin, lire mon article : « Arrêtez le massacre, passez au ménage écologique ! »

Cuisiner sans rien gaspiller

Apprendre à cuisiner tout ce qui se mange

réduire ses déchets en cuisinant les épluchures

On ne le sait pas, mais même en achetant les justes quantités et en surveillant que rien ne moisisse au fond du frigo, on gaspille quand même de la nourriture. Comme… Les épluchures, par exemple ! C’est dommage car de nombreux nutriments se trouvent juste sous la peau des fruits et légumes. Commencez donc par les acheter bio, ce qui vous évitera de peler la plupart d’entre eux.

Et pour ceux qui voudraient se lancer dans la cuisine zéro déchet, deux idées de lecture :

Pour le reste… Il y a le composteur !

Rien de mieux pour réduire le volume (et les odeurs) de ses poubelles que de composter les déchets qui peuvent l’être. À la sortie, un beau compost à utiliser pour des plantes en pleine santé !

Hélas, je ne peux vous faire aucun retour d’expérience sur le sujet, Chéri ayant mis un véto catégorique à l’arrivée d’un lombricomposteur sur notre balcon. Mais je ne désespère pas de le convaincre un jour 😉

Réduire ses déchets, c’est trop compliqué ?

J’espère que cet article vous a donné des idées. Mais peut-être que cette avalanche d’informations vous a aussi assommé et découragé.

Si c’est le cas, respirez. Personne n’est devenu écolo en un jour : c’est un apprentissage ! Commencez par une action qui vous plaît et vous paraît simple à mettre en œuvre. Le reste viendra plus tard !

Consommer mieux avec Dream Act

consommer responsable dream act

Je vous le disais au début, ce post dédié à la diminution des déchets dans la cuisine marque aussi le lancement d’un partenariat avec Dream Act

Si vous ne la connaissez pas encore, je suis contente de vous faire découvrir cette marketplace dédiée à la consommation responsable, cofondée en 2014 par Diane et Claire.

À la fois webzine et place de marché, Dream Act sélectionne ses produits en fonction de leurs impacts sociaux et environnementaux. Avant d’arriver sur la plateforme, chaque marque remplit un formulaire d’autoévaluation détaillé qui la questionne sur l’utilisation, la provenance et la traçabilité de ses matières premières, le choix de ses fournisseurs, l’obtention de labels et certifications, le recours au commerce équitable, à l’artisanat et aux circuits courts, le soutien à des causes… Au final, chaque marque référencée est validé par un comité ESS (économie sociale et solidaire) indépendant, qui vérifie la cohérence des projets. Livres, maison, mode, hygiène et beauté… Leur offre s’étoffe de jour en jour, allez y jeter un œil !

Un code de réduction pour les lecteurs de la Tortue

Avec le code TORTUE NINJA, valable sans limitation de durée, vous aurez droit à une réduction de 10 % sur vos achats chez Dream Act. Une belle occasion de s’équiper pour une cuisine zéro déchet !

Psst : restez dans les parages, il y a une autre surprise à venir dans les jours qui viennent pour des repas en extérieur, pique-nique et randonnées zéro déchet 😉

 

Vous voulez plus de zéro déchet ? Lisez mon article : « Salle de bains zéro déchet (ou presque) : quelques pistes pour débuter. »

Pour information, certains des liens de cet article sont des liens d’affiliation. Pour comprendre ce que c’est, et pourquoi leur présence me permet de consacrer du temps à ce blog, n’hésitez pas à consulter la page dédiée. Votre soutien m’est précieux pour écrire des articles détaillés et de qualité, personne n’ayant encore payé son loyer en commentaires ou en likes. Merci ❤️

 

  • 135
    Partages

7 commentaires

  1. Eva Répondre

    Bonjour Anaëlle,

    Est ce que tu aurais une astuce pour conserver le savon de Marseille, pour la vaisselle, sur le rebord de l’évier de la cuisine stp? Je l’ai mis dans une coupelle, sauf que de l’eau stagne au fond et mon savon fonds ce n’est pas pratique, ni économique, de devoir vider et sécher la coupelle a chaque vaisselle!

    Merci beaucoup 🙂
    Eva.

    • Anaelle Auteur de l’articleRépondre

      Un bon vieux porte-savon avec un égouttoir fera très bien l’affaire ! Sinon, tu peux découper un petit morceau de courge luffa qui va absorber l’humidité.

      • Eva

        Merci 🙂 Je vais de ce pas me mettre à la recherche du porte savon idéal !

  2. SY20 Répondre

    Une astuce modeste à partager, qui n’est pas dans la droite ligne du Zéro Déchet, mais plus dans le « optimiser » ou « limiter le mal ».
    Lorsque l’on fait des cuissons au four, il arrive d’utiliser du papier sulfurisé.
    Je pense que l’immense majorité des gens le jette une fois le plat prêt (et mangé).
    Alors que dans beaucoup de cas, le papier utilisé n’a pas été graissé, n’a pas bruni ou brûlé.
    Donc autant s’en resservir pour une prochaine fois…

  3. Tchipette Répondre

    Bonjour Anaëlle
    J’ai (encore) appris plein de choses.
    Merci pour ce blog, pour ces articles drôles et futés.

    Bonne continuation !

  4. Constance Répondre

    Bonjour!
    Merci pour ce post très intéressant 🙂
    Par contre j’ai encore un doute. Comment faire pour mettre au congélateur les viandes et poissons, si les carrés à la cire d’abeille ne résistent pas bien la viande? J’ai comme un doute pour les contenats en verre au congél. J’habite seule donc quand j’achète de la viande/poisson je dois absolument les séparer en plusieurs sacs à congélation pour pouvoir les décongeler après dans les bonnes quantités sans gaspiller. Mais même si j’essaie de réutiliser ces sacs j’aimerais autant m’en passer. Avez vous des idées? Merci et bravo pour votre site!

    • Anaelle Auteur de l’articleRépondre

      En effet, je ne pense pas que les emballages en cire d’abeille soient adaptés pour le congélateur, par contre aucun problème avec les contenants en verre ! En espaçant bien vos morceaux de viande vous devriez pouvoir les congeler dans une même boîte. Bon courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *