Comment vendre ses livres sur Internet et ailleurs ?

vendre ses livres d'occasion
Temps de lecture : 5 minutes

Fidèle à ma résolution d’adopter un mode de vie plus minimaliste, j’ai profité de mon déménagement pour trier et vendre mes livres. Et croyez-moi, il y avait de quoi faire : la lecture étant présumée moins futile que le shopping, j’ai toujours acheté des livres sans m’interroger.

À me procurer plus de livres que je n’avais le temps d’en lire, j’ai pratiqué sans le savoir le tsundoku : l’art d’entasser les bouquins (sans les avoir lus). Comme Isabelle alias Serial Blogueuse l’écrit si bien “ça me plait d’être entourée de livres, parce que j’aime cet objet et parce que l’acte de le posséder est toujours motivé par l’envie de le lire.” (Bon, d’accord, L’Être et le Néant c’était pour me faire mousser.)

Oui, un livre est un bel objet. Mais quelle que soit sa noblesse (réelle ou supposée), il reste à usage unique. Réfléchissez : combien de livres de votre bibliothèque avez-vous relu (sans compter les Harry Potter) ? Si vous prêtez certains d’entre eux, la plupart prennent la poussière. Or si un bouquin ne vous a pas marqué, à quoi bon le garder ?

Bref, il était temps de faire un grand tri. Depuis une dizaine d’années, j’ai testé plusieurs solutions de vente de livres d’occasion. Quand on dépense pas mal d’argent dans les livres, il est toujours intéressant de les revendre pour en tirer quelques deniers ! Puis de donner ceux qui ne sont pas rachetés 🙂

Vendre ses livres sur Internet

En 2016, un Français sur deux a acheté au moins un livre, et un quart plus de 5 livres. Autre fait intéressant : 11,5% des Français ont acheté au moins un livre d’occasion imprimé, alors qu’ils ne sont que 4,5% à avoir acquis un livre numérique. Bref, le marché du livre-objet, qu’il soit neuf ou d’occasion, a encore de beaux jours devant lui.

Pour tous ceux que les vide-greniers ennuient ou fatiguent d’avance, vendre ses livres sur Internet est la solution idéale. Mais… Encore faut-il savoir à qui.

comment vendre ses livres

Vendre ses livres à l’unité…

La vente de livres via Price Minister ou la Fnac est longue et fastidieuse. Pour chaque article, il faut créer une annonce, rédiger un petit texte, répondre aux questions d’internautes plus ou moins aimables… Une fois la vente réalisée, reste à emballer l’article et le poster. Bref, rien que d’y penser, j’ai envie de descendre ce carton de livres à la cave et de l’y oublier jusqu’au prochain déménagement. Et je ne vous parle même pas du Bon Coin, où les livres se noient dans l’océan d’annonces postées chaque jour.

Bref, quand l’objectif est de faire rapidement de la place, vendre ses livres à l’unité n’est pas une solution adaptée. Mais il y a d’autres options.

Momox, l’entreprise allemande qui achète et revend vos livres

revendre ses livres à momoxJ’ai vendu mes livres à Momox deux fois et ça s’est toujours bien passé. En plus des bouquins, l’entreprise rachète certains biens culturels (CD, DVD et Blu-Rays).

Comment se passe une vente ?

Il suffit de taper le code-barre du produit (sur le site web) ou de le scanner grâce à l’appli mobile. Le moteur de recherche trouve l’article et vous propose un prix de rachat. Si celui-ci vous convient, vous l’ajoutez à votre panier. Et ainsi de suite, autant de fois que vous avez d’objets à vous débarrasser.

Quelles sont les conditions ?

La vente peut être conclue à partir de 10€ de rachat. Une fois celle-ci validée, Momox vous envoie par e-mail une étiquette d’envoi. Vous emballez soigneusement vos livres et autres produits culturels, imprimez et collez l’étiquette sur votre colis et déposez celui-ci en point relai. Il n’y a aucun frais de port à votre charge. À réception du colis, Momox vérifie la qualité de vos articles. Je sais qu’ils refusent ceux qui sont détériorés, mais ça ne m’est jamais arrivé. Si tout est bon, vous recevez votre virement dans les 48h. Et c’est tout.

Pourquoi le prix de rachat des livres est-il si bas ?

Attention : pour certains articles, le prix de rachat de vos livres vous paraîtra bien bas, tandis que d’autres seront refusés sans raison apparente. En effet, les tarifs de Momox varient en permanence (en fonction des stocks de l’entreprise, de la concurrence et des chances de revente). Car il faut garder une chose à l’esprit : en rachetant vos livres sans garantie de les revendre, Momox assume un risque. Or l’entreprise doit aussi prévoir une marge pour fonctionner. Oui, c’est sans doute payé moins cher que si vous vendiez à l’unité… Mais tout est réglé en une heure, et les livres non repris pourront être donnés.

Et pour acheter des livres d’occasion ?

Bien sûr, si Momox rachète vos livres, ils les revend sur un e-shop dédié aux livres et produits culturels d’occasion. Mais on parlait de vider sa maison, non ? 😉

Vendre-livre, le concurrent français de Momox

vendre-livre.frLancé récemment, le site vendre-livre détenu par Kiwibook propose le même type de service que Momox. Sauf que… Cocorico ! Vendre-Livre est une alternative locale, puisque l’entreprise est française. Actuellement, seule la revente de livres est proposée, mais le réseau prévoit bientôt d’ouvrir le rachat aux CD, DVD et vinyls.

Le principe est le même : vous saisissez le code-barre de vos livres, un prix de rachat vous est proposé et s’il vous convient, ça part dans le panier. Le seuil pour réaliser une vente est de 10€ minimum. L’envoi est lui aussi prépayé, et le colis est à déposer en point relai. 

Je n’ai pas testé ce service moi-même, mais pour avoir parcouru quelques témoignages sur les Internets, il me semble aussi viable et efficace que Momox. Il peut être intéressant de comparer les prix de rachat entre l’un et l’autre, leurs stocks n’étant évidemment pas les mêmes…

Vendre ses livres en magasin

vendre ses livres à gibert josephOutre le bouquiniste du coin qui reprendra sans doute certains de vos livres, il y a aussi le réseau de magasins Gibert Joseph qui achète et revend des livres d’occasion. On en trouve à Paris, Toulouse, Grenoble, Lyon, Marseille, Poitiers, Clermont-Ferrand, Dijon… 

Il est possible de leur vendre des livres et autres produits culturels par Internet, mais le montant minimum d’une vente est de 15€, et les frais de port déduits de votre rémunération… Donc à votre charge. En revanche, c’est beaucoup plus intéressant si vous avez un magasin près de chez vous. Soit vous amenez vos livres directement là-bas, soit vous faites tout par Internet et allez déposer votre colis au magasin. Je l’ai fait plusieurs fois lorsque j’étais étudiante à Toulouse ou Paris, et j’en ai toujours été satisfaite.

Le paiement est rapide, et il me semble que le montant est légèrement majoré si vous choisissez le bon d’achat. Car en plus du site, chaque magasin a une section livres d’occasion dont vous pouvez parcourir les rayons ! Quoi ? Ah oui pardon, le tri.

faire du tri dans ses livres
Alors, on s’y met ou bien ?

Et pourquoi ne pas donner ses livres ?

En plus d’effectuer un acte gratuit, donner vos livres vous prendra beaucoup moins de temps que de les vendre. Plusieurs structures peuvent les récupérer pour leur offrir une deuxième vie… Et vous libérer de l’espace.

donner ses livres à recyclivreRecyclivre est une entreprise qui collecte des livres d’occasion et les revend, en reversant 10% de ses revenus nets à des organismes qui luttent contre l’illettrisme. Ils récupèrent également les CD, DVD et jeux vidéos. Soit vous les apportez vous-même, soit ils viennent les chercher chez vous (à Toulouse, Lille, Strasbourg, Nantes, Paris, Bordeaux ou Lyon).

Leur statut d’entreprise vous fait tiquer ? Certes, ils font du profit sur des livres qu’on leur donne. Mais surtout, ils créent de l’emploi à une époque où nous en avons bien besoin, et sauvent des milliers de livres de la poubelle ou de la cave. On peut être utile sans forcément être gratuit !

J’ai déjà passé plusieurs commandes de livres sur leur site. L’envoi est rapide, et les frais de port sont offerts. (Ah zut, on parle toujours de vider sa bibliothèque… ? Pardon.)

le livre vert bordeauxÀ Bordeaux, Le Livre Vert est une entreprise d’insertion aux principes similaires : collecter des livres pour les revaloriser, tout en donnant un travail à des personnes éloignées de l’emploi. Ils revendent leurs livres sur PriceMinister, à des prix très intéressants, puisque là encore, c’est de l’occasion.

Plus classique, vous pouvez donner vos livres à Emmaüs ou au Secours Populaire, dont la mission de solidarité ne fait plus aucun doute.

Lire pour pas cher : la bibliothèque… collaborative

Souvenez-vous : j’ai commencé cet article en parlant de faire le tri chez soi. Le minimalisme interroge notre rapport aux objets matériel… Y compris aux livres : faut-il nécessairement les posséder pour les apprécier ?

L’emprunt en bibliothèque (ou le prêt entre particuliers) est plus économique et moins encombrant que l’achat, même d’occasion. Et justement, une startup bordelaise vous propose d’élargir vos horizons de lecture 😉

livres de prochesLivres de Proches est une plateforme numérique de prêt entre particuliers. Après la création (gratuite) de votre compte, vous scannez vos livres pour les ranger dans votre étagère virtuelle. Vos amis peuvent alors voir votre bibliothèque et vous envoyer des demandes d’emprunt. L’application et le site web vous permettent de savoir très vite quels titres vous pourriez échanger avec vos amis. Aussi, grâce à la fonction “emprunter”, vous savez exactement où sont vos livres, plutôt que d’oublier à qui vous les avez prêtés…

outil collaboratif prêt de livres
L’interface de Livres de Proches

Ici, le numérique facilite la mise en relation, mais l’échange reste bel et bien physique. Car il faut bien se rencontrer pour prêter ses livres ! Cet outil ré-instaure de l’humain dans nos rapports de plus en plus virtuels. Si les clubs de lecture existent, ce n’est pas uniquement pour qu’on fasse des blagues dessus. Oui, échanger des avis et des conseils sur des livres est bien une manière de se connaître, voire de se rapprocher.

Sans parler des pouvoirs apaisants de la lecture sur nos esprits surexcités par les écrans. Parole de tortue qui mange plus de livres que de salades 😉

3 commentaires

  1. Serial blogueuse Répondre

    Hello Anaelle ! Bravo pour ton article hyper complet sur un sujet qui, pour moi, tombe à pic. Merci de m’y avoir citée et et merci de contribuer à m’aider dans ma démarche de tri, de vide et de circulation d’énergie. Tu as rajouté plein de pistes à celles que je connaissais déjà. 🙂

  2. Marine Répondre

    Merci beaucoup pour cet article, j’ai découvert pas mal de choses auxquelles je vais m’intéresser de plus près ! J’ai également eu une petite prise de conscience cette année concernant et les lives et fais un gros tri.

Laisser un commentaire